Navigation

Les bons débuts d'Urs Meier

Aucune fausse note pour Urs Meier au cours de ce match délicat. Keystone

L'arbitre argovien s'est montré à la hauteur de sa mission en dirigeant parfaitement le duel Corée du Sud-Etats-Unis au Mondial de football.

Ce contenu a été publié le 10 juin 2002 - 14:36

Siffler une équipe organisatrice d'une Coupe du monde peut s'apparenter à un cadeau empoisonné. Pas pour Urs Meier, qui a dirigé sans aucun problème et sans scandale particulier son premier match en terre asiatique.

«On n'a pas beaucoup parlé de moi, c'est donc bon signe», lâche-t-il après sa mission réussie à Daegu, troisième ville de Corée du Sud. Américains et Coréens se sont séparés sur un nul 1-1, malgré une domination asiatique. Quant à la performance de l'arbitre, elle n'a provoqué aucune vague.

La peur des débordements de supporters

En 1998 déjà, Urs Meier s'était vu attribuer un match riche en symboles avec Etats-Unis-Iran. Quatre ans après, la FIFA l'a de nouveau chargé de veiller à ce que son match se passe sans encombre.

Les derniers jours avaient en effet laissé redouter des débordements de supporters coréens qui manifesteraient leur hostilité à la présence de 40 000 soldats américains dans leur pays.

Il n'en fut rien. «L'hymne national américain a été applaudi par le public, relate Urs Meier. Dès ce moment, j'ai su que tout se passerait bien.» Avec 60 000 spectateurs répartis dans un magnifique stade, l'émotion fut au rendez-vous. «J'ai en effet vécu quelque chose d'intense que je classerai parmi les tout meilleurs souvenirs de ma carrière.»

La suite à Séoul

Dans une empoignade où les deux équipes ont évolué avec fair-play, le seul moment délicat fut le penalty de la 39e minute, qu'Urs Meier siffla pour les Coréens pour une faute américaine, contestée par quelques commentateurs et par les principaux concernés.

«Je n'ai pas hésité une seconde, lâche Urs Meier. De ma position, il n'y avait aucun doute possible.» Par chance, le penalty a été galvaudé. Il n'aura donc pas influencé la suite des opérations.

Urs Meier quitte mardi Daegu pour retourner à Séoul. Où il attendra de savoir s'il reste en course pour recevoir un ou plusieurs autres matches durant la Coupe du monde. Ce qui apparaît, a priori, plus qu'envisageable.

swissinfo/Gabriel Nadav à Daegu, Corée du Sud

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?