Navigation

Les bébés japonais intéressent Nestlé

Nestlé réussira-t-il à séduire les bébés japonais? Keystone Archive

Le géant suisse de l'alimentation est en négociation avec son partenaire Snow Brand. Ils pourraient investir ensemble ce marché des plus concurrentiels.

Ce contenu a été publié le 01 avril 2002 - 17:02

Nestlé a fait ses premiers pas dans la production de produits pour bébés. Pourtant, les nourrissons japonais ne connaissent pas ces produits.

«Nous avions effectué une première expérience en 1993 avec la société pharmaceutique Otsuka, commente un porte-parole de la filiale japonaise du groupe. Mais nos ventes avaient été décevantes.»

Cette fois, le numéro un mondial de l'alimentation envisage de créer une société commune avec Snow Brand, le premier fabricant japonais de produits laitiers.

Ce deuxième essai sera-t-il le bon? Selon un analyste de la maison de titres UBS Warburg, à Tokyo, «Snow Brand a perdu sa réputation à la suite d'une série de scandales. Et cela doit préoccuper Nestlé. Mais la première société conjointe qu'ils ont créées ensemble, dans les boissons à base de lait et de café, marche remarquablement bien».

Population vieillissante

Paradoxalement, Nestlé s'intéresse aux bébés japonais précisément au moment où la population nippone ne se renouvelle plus. Le Japon enregistre même le taux des naissances le plus faible de tous les grands pays industrialisés.

Mais le géant suisse estime que si les Japonaises font moins d'enfants, elles tendent aussi à les gâter. En leur offrant les meilleurs produits alimentaires possibles.

«Le marché des produits pour bébés est à haute valeur ajoutée. Snow Brand l'estime à 15 milliards de yens (plus de 200 millions de francs) par an, et peut-être le double», souligne le même porte-parole du géant suisse de l'alimentation à Tokyo.

Diversification des activités

De plus, Nestlé mène au Japon une ambitieuse politique de diversification de ses activités. Sa filiale japonaise est l'une des plus profitables du groupe.

Mais son chiffre d'affaires dépend encore, dans une trop large mesure, du café soluble. Ces dernières années, elle a investi dans les eaux minérales, le café de qualité, les yoghourts, les biscuits, la nourriture pour animaux de compagnie.

swissinfo/Georges Baumgartner à Tokyo

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?