Navigation

Les anciens responsables de Swissair inculpés

Un mythe au sol. Keystone

Près de cinq ans après la débâcle de Swissair, la justice zurichoise a déposé plainte contre 19 ex-responsables de SAirGroup.

Ce contenu a été publié le 31 mars 2006 - 10:55

Les dirigeants se voient reprocher des préjudices causés aux créanciers, notamment par une diminution du patrimoine, de fausses certifications et une gestion déloyale. Tous rejettent en bloc ces accusations.

L'inculpation vise le conseil d'administration de l'époque. En particulier, le dernier patron de Swissair Mario Corti, l'ex-patron de Credit Suisse Lukas Mühlemann et l'ancien chef de SAirGroup Philippe Bruggisser, a annoncé vendredi le procureur général du canton de Zurich Andreas Brunner.

Parmi les personnes mises en accusation figurent aussi l'ancien responsable des finances George Schorderet, l'industriel Thomas Schmidheiny, l'ancienne politicienne Verena Spoerry et le banquier privé genevois Bénédict Hentsch.

Une vive émotion

Les accusés rejettent en bloc les faits qui leur sont reprochés, a précisé Andreas Brunner.

Le procureur général a relevé qu'ils n'avaient pas agi comme des «criminels économiques voulant s'enrichir», mais comme des dirigeants «mus par le désir de sauver leur entreprise».

Néanmoins, des «actions déloyales» et «intentionnelles» leur sont reprochées par le Ministère public de Zurich, qui traitait là vraisemblablement sa plus grosse affaire.

Cela représente quatre ans et demie d'enquête, plus de 4000 classeurs, l'équivalent de 750 DVD de données électroniques, 130 personnes interrogées ou encore 20 perquisitions pour un acte d'accusation de 100 pages.

Jusqu'à cinq ans de prison

La procédure pénale, dont seule la première partie est close, fait partie du «traitement psychologique et mental» de l'événement, qui a soulevé de «grosses vagues émotionnelles» dans tout le pays, a souligné M. Brunner.

Le Ministère public de Zurich a renoncé à requérir des peines, car le Code pénal est actuellement en cours de révision.

Ce sera donc au tribunal de le faire. Les délits inclus dans l'acte d'accusation peuvent déboucher sur des condamnations à la réclusion allant jusqu'à cinq ans.

Pas de procès agendé

Un éventuel procès n'est d'ailleurs pas encore agendé. Formellement, le tribunal du district de Bülach doit d'abord dire s'il entre en matière sur la plainte déposée par le Ministère public de Zurich.

«La balle est maintenant dans le camp du tribunal», explique le procureur général Christian Weber. Rien ne dit que le procès aura lieu cette année.

Mais, il semble clair qu'il pourra débuter avant l'expiration des premiers délais de prescription de 2008.

swissinfo et les agences

En bref

1992, après le non populaire à l'Espace économique européen (EEE), Swissair redoute d'être désavantagé par rapport à ses concurrents et noue des alliances avec des compagnies étrangères – déficitaires - comme Sabena et AOM Air Liberté. Cette opération - connue sous le nom projet "Alcazar" - ne va pas aboutir.

2000, la compagnie helvétique fait face à une perte de 3 milliards de francs. Le chef de SairGroup, Philippe Bruggisser, doit s'en aller.

2001, le fondateur de Crossair, Moritz Suter, reprend la direction pour quelques semaines. Dans le même temps, l'ancien conseiller d'Etat radical zurichois Erich Honneger est nommé président du conseil d'administration.

Printemps 2001, ces derniers sont remplacés par l'ancien chef des finances de Nestlé, Mario Corti.

2 octobre 2001, c'est le jour du 'Grounding': toute la flotte de Swissair reste clouée au sol. Seule l'interventon urgente de la Confédération, avec l'injection d'un crédit de 450 millions de francs, permet aux avions de reprendre le vol.

Swissair est définitivement clouée au sol le 1er avril 2002.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?