Navigation

Le WEF 2002 se tiendra pour la liberté et la sécurité

Klaus Schwab ne remet pas en cause la tenue du forum, malgré les violences de la dernière réunion l'insécurité actuelle. Keystone

Le Forum de Davos doit établir un cadre pour la liberté et la sécurité dans le monde, selon son président et fondateur Klaus Schwab. La décision de tenir ou non le forum en 2002 tombera d'ici un mois.

Ce contenu a été publié le 20 octobre 2001 - 15:37

En ces temps d'insécurité globale déclenchés par les attentats terroristes du 11 septembre aux Etats-Unis, il faut une coopération internationale renforcée entre l'économie, la politique et les organisations non-gouvernementales (ONG), a estismé le président et fondateur du Forum économique mondial de Davos, samedi, lors d'une séance d'information destinée à la population. Le WEF doit servir de plate-forme neutre pour la sécurité et la démocratie.

Combat pour les valeurs

«Nous devons lutter pour les valeurs démocratiques», explique M. Schwab. Favorable à l'idée d'un Forum comme lieu de rencontre, il ne remet pas en cause la tenue de la manifestation, malgré les violences de l'édition précédente et l'insécurité actuelle. La question est plutôt de savoir si l'on veut se battre pour ses valeurs et ses convictions, ajoute-t-il.

Le thème du Forum, qui devrait se tenir du 31 janvier au 5 février prochains, sera par conséquent «Liberté et sécurité pour tous». La rencontre doit permettre de poser les marques d'un nouveau monde après les événements survenus aux Etats-Unis, explique M. Schwab. Il compte sur le soutien de la commune et des habitants de Davos, après trente-et-un ans de partenariat.

«Tarif zéro»

Davos a bénéficié du Forum à un «tarif zéro» durant des décennies, renchérit Erwin Roffler, le chef de l'exécutif cantonal grison. «Le monde connaît Davos grâce au WEF». Selon lui, une annulation de la manifestation aurait des conséquences économiques et touristiques que Davos ne pourrait pas même imaginer.

La décision de tenir ou non la rencontre en 2002 doit être prise par les responsables du WEF eux-mêmes, signale Klaus Huber, conseiller d'Etat grison et président du comité du WEF. Le gouvernement se prononcera d'ici mi-novembre sur les garanties de sécurité offertes aux invités du Forum et à la population davosienne. Le budget alloué à la sécurité est de 10 millions de francs.

En conséquence de la situation internationale tendue et des violences de l'an passé, les habitants de Davos et des communes avoisinantes ont été invités à rencontrer les responsables du WEF, de la commune et du gouvernement grison.

Manifs annoncées

Les habitants de la région présents à la réunion ont fait connaître leur crainte quant à la sécurité. En cas de troubles, le WEF détruirait l'image de marque de Davos comme destination touristique. De plus, il n'est pas clair qui supporterait d'éventuels dommages.

Des tracts appellent la population à manifester lors du débat du Grand Conseil sur le Forum de Davos à la fin novembre pour éviter que Davos soit totalement coupé du monde pendant la tenue du forum. Un des intervenants à la réunion a en outre appelé à manifester contre le forum le 2 février à Davos.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?