Navigation

Le verre à moitié plein de la Suisse

Le joueur français Patrick Vieira (à droite) et Philippe Senderos (à gauche) en pleine action devant le gardien suisse Pascal Zuberbuehler Keystone

En faisant match nul (0-0) contre la France pour son premier match du Mondial 2006, la Suisse a débuté le tournoi sur de bonnes bases. Mais le plus dur reste à faire.

Ce contenu a été publié le 14 juin 2006 - 08:39

Il y a douze ans aux USA, l'équipe de Suisse avait également partagé l'enjeu lors de son premier match lors du Championnat du Monde...mais face à la modeste équipe des Etats-Unis.

Un point de gagné ou deux de perdus? Cette question lancinante tournait dans les têtes des joueurs suisses au moment de quitter la pelouse du Gottlieb-Daimler Stadion de Stuttgart.

Même interrogations chez les supporters suisses venus en très grand nombre soutenir leur équipe ainsi que chez les observateurs de cette rencontre débridée et empreinte de nervosité.

«Il ne faut pas regretter d'avoir gagné un point ou d'en avoir perdu deux, c'est comme ça. Il faut l'accepter», analyse, lucidement, l'entraîneur de l'équipe de Suisse Köbi Kuhn.

Un résultat logique

«Au niveau de la performance globale de l'équipe, je suis satisfait, poursuit le Zurichois. Il y a des éléments à corriger. Dans la conservation du ballon, notamment, mais il ne faut pas oublier qui était notre adversaire mardi soir. L'équipe de France est dotée de footballeurs fantastiques.»

Au vu des différents événements qui ont émaillé la partie (coup franc des Suisses sur le poteau et pénalty non accordé à la France pour une faute de main helvétique dans les seize mètres) le résultat semble logique.

Comme lors des deux rencontres qualificatives pour ce Mondial disputées à Paris et Berne, Français et Suisses ne méritaient ni de gagner...ni de perdre. De plus, au final, ce partage des points arrange bien chacun des adversaires.

Bon pour le moral

«C'est comme cela, relève pour sa part le défenseur suisse Patrick Müller. On n'arrive pas à se départager avec la France, on se craint un peu et c'est assez flatteur pour nous.»

«Il faut prendre ce point comme un point positif, poursuit-il. Notre tournoi est lancé. C'était incroyable de voir ce stade aux couleurs rouge et j'espère que nous arriverons à offrir la qualification pour le prochain tour à nous fidèles supporters.»

Mais une qualification passe obligatoirement par une victoire lors de la prochaine rencontre face au Togo. Cette rencontre, capitale, est agendée au 19 juin à Dortmund.

«Pour le moral il était bon de ne pas perdre ce premier match et de faire au moins un point», souligne, pour sa part, Ludovic Magnin.

Un match 'crucial' contre le Togo

«Mais cela ne nous servira à rien si nous ne remportons pas les prochains matchs, poursuit le Vaudois. Remportons ces matchs et nous pourrons dire alors si le résultat obtenu contre la France était bon ou non. Notre rencontre contre le Togo sera la plus difficile. Elle aura lieu au beau milieu de l'après-midi, en pleine chaleur et contre une équipe africaine.»

Pour le sélectionneur national, cette nouvelle équation n'est pas une nouveauté.

Köbi Kuhn a toujours affirmé que le match le plus important du tournoi pour la Suisse serait le second contre le Togo. Et ce, indépendamment du résultat du match face à la France.

Aux Etats-Unis, il y a douze ans, l'équipe de Suisse était sortie gagnante de son second duel disputé contre la Roumanie (4-1). Et si l'histoire n'était qu'un éternel recommencement?

swissinfo, Mathias Froidevaux à Stuttgart

Faits

La Suisse et la France ont fait match nul (0 - 0) mardi soir à Stuttgart
Après les premiers matches du Groupe G, la Corée est en tête avec 3 points, la Suisse et la France sont seconds avec 1 point et le Togo ferme la marche sans points.
Tous les adversaires du groupe se rencontrent à une reprise et au terme de ces matches, les deux premiers du groupe poursuivent l'aventure.

End of insertion

En bref

- Depuis le 1er mai 1993 et son exploit devant l'Italie en phase éliminatoire pour la Coupe du monde 1994 aux Etats-Unis (1-0 à Berne), l'équipe de Suisse ne s'est plus imposée contre une grande nation du foot en compétition officielle.

- Lors des deux rencontres éliminatoires pour cette Coupe du monde, la Suisse et la France avait déjà fait match nul (0 - 0) le 26 mars 2005 à Paris et (1 - 1) le 8 octobre 2005 à Berne.

- Les deux prochains adversaires de la Suisse en Allemagne seront le Togo le 19 juin à Dortmund et la Corée du Sud le 23 juin à Hanovre.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?