Navigation

Le triomphe de la chair au Musée de l'Elysée

Depuis 25 ans, chaque année, l'Américian Nicholas Nixon photographie les quatre soeurs. Elysée portrait

Le 3e volet de l´exposition sur le siècle du corps immortalisé sur la pellicule s´est ouvert au Musée de l´Elysée à Lausanne. Jusqu´au 14 janvier 2001. Les photographes contemporains sont plus que jamais obsédés par la chair.

Ce contenu a été publié le 13 octobre 2000 - 11:03

L'intérieur d'un camion contenant des immigrés clandestins traqués par une machine à photographier est dès lors l'image qui hante le directeur du Musée de l'Elysée, William Ewing. Une photo qui a été empruntée au quotidien International Herald Tribune et qui, aujourd'hui, figure sur les murs de l'exposition lausannoise.

Pourtant, ce ne sont pas les artistes qui manquent, puisqu'une quarantaine de photographes exposent la chair qu'ils ont croquée ou léchée de leur objectif depuis 1980.

«Aujourd'hui, les travaux des photographes dénotent d'une grande inquiétude face aux corps humains, lance d'entrée William Ewing. Troubles liés au clonage, au génie génétique ou encore à la chirurgie esthétique.»

Dans cette optique, Hans Danuser propose sept images d'embryons congelés. Tandis qu'un autre artiste zurichois, Daniele Bueti, a retouché des photos de mode, en y ajoutant des marques de scarification sur le corps des mannequins.

«La démarche de ce dernier artiste est symptomatique de l'exposition, précise le directeur de l'Elysée. Telle une révolte artistique, elle va à l'encontre des prototypes de corps et de visages canons proposés par la publicité qui nous aspire complètement en dehors de la réalité.»

Ainsi, les œuvres exposées font état des souffrances endurées par le corps humain: maladie, vieillesse et violences.

L'Américain Nicholas Nixon s'est par exemple donné pour mission d'immortaliser le vieillissement de quatre sœurs. Depuis 25 ans, il les photographie chaque année. Les 25 clichés obtenus occupent d'ailleurs une salle entière du musée.

Tout frais sorti de presse, un ouvrage regroupant une sélection d'une centaine de photos les plus marquantes du XXe siècle est proposé au visiteur de l'Elysée, l'espace d'octobre, avant de garnir les librairies, dès novembre.

Reste que ces photos de chair suscitent de très fortes émotions. Comme ce crâne et ce dos lacérés de femme nue. Ou quand le corps convoité se voit meurtri dans sa chair.

Emmanuel Manzi




Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?