Navigation

Le ski à la sauce Dominique Perret

Elu «freerider du siècle», le Neuchâtelois allie ski de l'extrême et technologie dans ses exploits filmés.

Ce contenu a été publié le 03 février 2003 - 12:36

Ingénieur en matériaux, il collabore avec Stöckli depuis 1995. Il explique le parallèle entre ski et cuisine à Mathias Froidevaux.

swissinfo: Vous développez depuis des années des skis en collaboration avec la firme Stöckli et ce à base de quatre matériaux principaux, le bois, le titanal, l'aluminium et la fibre de verre. Pourquoi ces quatre matériaux ?

Dominique Perret: Après plusieurs années de recherche, on s'est aperçu que ces quatre matériaux de base sont les meilleurs pour fabriquer des skis. Après, il faut jouer avec ces matériaux en fonction des codes, des largeurs, des épaisseurs et de leur répartition. Le but est d'obtenir un produit fiable, léger, nerveux et qui va vite. Les attentes sont finalement les mêmes chez les skieurs professionnels et les amateurs.

swissinfo: L'important c'est la manière de les assembler?

D.P.: C'est comme de la cuisine. Tout le monde a accès aux mêmes produits mais la manière de procéder va faire la différence. Ce sont une multitude de petites choses, de petits secrets qui vont tout changer. Il existe bien des fabricants qui ne savent pas assembler les produits de la bonne manière. Tout est question de dosage. Et cette succession de détails va rendre un ski rapide et agile.

swissinfo: Chez Stöckli, le travail manuel et le bois, notamment, occupent des places prépondérantes?

Le bois a des propriétés mécaniques intéressantes et reste l'âme du ski. Il a une grande mémoire. On lui donne une forme d'arc, ce qui lui donne des propriétés de relance. Le bois est quelque chose de vivant qui restitue de l'énergie au mouvement. Comme le bois, la fibre de verre va elle aussi absorber les vibrations.

swissinfo : Vous prenez des risques lors de vos exploits. De ce fait, votre matériel doit être irréprochable. Qu'attendez-vous de vos skis?

D.P.: Mes skis doivent être mes amis. Ils doivent être fiables, c'est-à-dire résistants et maniables. Polyvalents. Il me faut des skis qui pardonnent les erreurs. Le plus important est d'avoir une combinaison flexion et torsion optimale.

swissinfo: Quand testerez-vous à nouveau vos derniers développements en matière de skis dans des conditions extrêmes?

D.P.: Ce sera à l'occasion de mon prochain film à la fin du mois de mars. En Inde et sur des versants de l'Himalaya.

swissinfo, propos recueillis par Mathias Froidevaux

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?