Navigation

Le SIB dénonce les salaires de misère des ouvriers agricoles

Plus de 15 000 saisonniers et travailleurs titulaires de permis de courte durée sont employés dans les travaux agricoles en Suisse. Keystone

Le Syndicat industrie et bâtiment réclame pour les ouvriers agricoles la semaine de 45 heures et un salaire minimum de 3000 francs. Ils ne doivent plus travailler entre 60 et 65 heures par semaine pour ne gagner que 2520 francs par mois.

Ce contenu a été publié le 20 juin 2000 - 16:08

Les quelque 15 000 travailleurs agricoles de Suisse doivent recevoir un salaire net minimum de 3000 francs par mois. Réunie mardi à Zurich, la conférence nationale des professions agricoles du Syndicat industrie et bâtiment (SIB) demande au Conseil fédéral de préparer sur cette base une convention collective de travail (CCT) pour l'ensemble du pays.

Ce domaine est encore un des secteurs où se pratiquent des salaires de misère de 2520 francs brut pour des semaines de travail de 60 à 65 heures, a relevé mardi dans un communiqué le SIB. Après soustraction des déductions, du logement et des assurances sociales, il ne reste à ces personnes que quelque 1300 francs net pour vivre dans un pays cher comme la Suisse.

Les conditions de travail misérables ne se manifestent pas seulement dans les salaires mais également dans des journées de travail exagérément longues, des conditions de logement inhumaines et une mauvaise couverture perte de gain en cas de maladie, dénonce le SIB. Le syndicat craint que la situation des travailleurs agricoles n'empire dramatiquement avec l'entrée en vigueur des accords bilatéraux conclus avec l'Union européenne (UE) car les mesures de contrôle policier frappant les travailleurs étrangers vont être supprimées.

La conférence nationale du SIB demande donc au Conseil fédéral de veiller à l'élaboration d'une CCT nationale avec salaire net minimum à 3000 francs, semaine de travail maximale de 45 heures, journée de travail d'au maximum dix heures et droit à deux jours de repos par semaine. Un supplément doit être également payé pour les heures supplémentaires et une assurance perte de gain en cas de maladie conclue pour couvrir 80 pour cent du salaire durant une période de 720 jours.

Selon Mehmet Akyol, secrétaire du SIB, plus de 15 000 saisonniers et travailleurs titulaires de permis de courte durée sont employés dans les travaux agricoles en Suisse.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?