Navigation

Le printemps rime avec allergies

Les pollens provoquent des allergies trop souvent sous-estimées. Keystone

Pollution et réchauffement climatique sont susceptibles d'accroître l'agressivité des pollens et de provoquer une augmentation des cas d'asthme.

Ce contenu a été publié le 07 avril 2006 - 14:31

L'hiver prolongé a retardé la production de ces pollens. Mais de fortes concentrations sont attendues, qui mettront en difficulté un cinquième de la population.

La saison des pollens commence. Et avec elle, une période difficile pour le million quatre cent mille Suisses souffrant du rhume des foins et autres allergies. Cette année, l'inquiétude est excitée par la recherche.

De nouvelles études montrent en effet que les polluants de l'air peuvent «doper» la dangerosité des pollens en entrant en interaction avec eux.

C'est notamment le cas des fameuses particules fines dont la Suisse a largement souffert l'hiver dernier, de l'ozone et des oxydes nitriques (NO).

Dans des régions à haute pollution atmosphérique, les pollens se couvrent de particules de polluants, explique le Centre suisse pour l'allergie, la peau et l'asthme (aha!). Leur teneur en allergènes est modifiée, ce qui peut renforcer leur action.

Conséquence: lorsque l'air est très chargé, les personnes allergiques se plaignent davantage. Les réactions allergiques sont donc «au moins favorisées» par certains polluants.

Il est même prouvé que l'asthme chez les enfants en est aggravé. Reste que la hausse constatée des allergies ne s'explique pas si facilement, indique aha!.

Certains facteurs génétiques et le style de vie jouent probablement aussi leur rôle dans cette tendance.

Le réchauffement en cause

Le centre lançait vendredi sa campagne annuelle contre l'allergie. Avec ce constat: le réchauffement climatique pourrait mener à une explosion du nombre de personnes allergiques aux pollens ou souffrant d'asthme.

Depuis des années 90, le début de la floraison du bouleau par exemple est plus précoce de 15 jours. Et la saison pollinique des graminées et des herbes s'étant nettement allongée.

Des températures plus élevées sont en outre susceptibles de contribuer à une colonisation par de nouvelles plantes.

L'exemple le plus actuel: l'ambroisie hautement allergène dont la propagation fait l'objet d'avertissements insistants, émis par les milieux spécialisés les plus différents.

De l'allergie à l'asthme

Cette campagne nationale centrée sur les pollens – six principaux sont en cause - sera notamment déclinée dans les jardins botaniques de Berne, Fribourg et St. Gall, avec de l'information au public.

Du point de vue médical, le rhume des foins est trop souvent sous-estimé par les personnes touchées, constate aha!. Pourtant, une sur deux risque l'asthme si les symptômes ne sont pas ou sont mal traités.

Selon les statistiques, 30% des personnes allergiques aux pollens souffrent d'asthme, d'où une réduction considérable de leur qualité de vie. Les spécialistes conseillent donc un dépistage rapide aussitôt l'allergie supposée.

Des millions de pollens

Cette année, la période du rhume des foins a débuté avec du retard en raison du temps frais. Mais de fortes concentrations de pollens sont escomptées ces prochaines semaines, assure aha!

D'après les spécialistes, le noisetier et l'aulne ont produit une quantité spectaculaire de chatons. Or, un seul chaton peut libérer jusqu'à deux millions de pollens, indique le centre.

Selon toute probabilité, le bouleau fleurira après l'aulne, sans transition. Sa floraison enchaînera avec la saison des pollens de graminées et d'herbes à fin mai. Ceux-ci sont les facteurs déclenchants les plus fréquents des allergies au pollen.

swissinfo et les agences

Faits

Selon aha! 19% de la population suisse (1,4 millions de personnes) sont allergiques aux pollens
Si elle n'est pas soignée, cette allergie peut dégénérer en crise d'asthme
300'000 personnes souffrent d'allergies croisées entre pollens et aliments

End of insertion

En bref

- En Suisse, une personne sur cinq est victime d'allergie. Et 400'000 enfants, jeunes et adultes souffrent d'asthme. Selon divers signaux, le nombre de personnes concernés par les allergies est destiné à croître.

- Le réchauffement climatique pourrait jouer un rôle important dans cette hausse, estime aha!, Centre suisse pour l'allergie, la peau et l'asthme.

- Ce centre est une organisation indépendante de patients dont le siège est situé à Berne. Créée en 2000, cette fondation entend maintenir l'attention portée sur les problèmes liés aux allergies.

- En tant qu'interface entre patiente et médecins, elle fournit conseils et informations.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?