Navigation

Le plus grand parc solaire de Suisse sera à l'EPFL

Romande Energie

La société Romande Energie et l'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne s'allient pour construire 20'000 m2 de panneaux solaires sur le campus. De quoi booster la recherche et produire chaque année plus de 2 millions de kWh de courant «vert».

Ce contenu a été publié le 15 janvier 2009 - 19:01

D'ici 2011, pratiquement tous les toits des bâtiments de l'EPFL devraient être recouverts de panneaux solaires. Il y en aura aussi en façade, et même le long de certaines allées de ce vaste campus installé à deux pas du lac, au sud-ouest de la ville de Lausanne.

La moindre des choses pour une école qui se veut à la pointe en matière de technologies du futur, serait-on tenté de dire. Presque une question d'image.

«Ce n'est pas simplement un coup médiatique, corrige Jérôme Grosse, chef de la communication de l'EPFL. Il y a un aspect très concret dans ce projet, où 2000 m2 seront utilisés pour de la recherche. Cela va nous permettre de passer du stade du laboratoire au stade préindustriel.»

De nombreux labos de l'Ecole travaillent en effet déjà sur le solaire, qu'il s'agisse de la technologie des cellules (de plus en plus minces et de plus en plus performantes) ou du stockage et du transport du courant, sans oublier l'intégration des panneaux aux bâtiments.

On va notamment tester des panneaux transparents, dont l'arrivée sur le marché permettrait de vaincre certaines réticences des clients potentiels. «Il y a encore beaucoup de gens qui refusent de mettre du solaire simplement parce que ça prend de la place et que ce n'est pas beau», note Jérôme Grosse.

Trois tranches

Les surfaces dévolues à la recherche devraient entrer en service avec la première tranche de 6000 m2, d'ici à la fin de cette année. Le reste du parc sera édifié en 2010 et 2011, à raison de deux fois 6000 m2 supplémentaires. Et des extensions futures ne sont pas exclues.

Coût total du projet: 20 millions de francs, entièrement payés par Romande Energie, la société de production-distribution d'électricité qui couvre une bonne partie du sud-ouest de la Suisse.

L'EPFL de son côté s'engage à consommer un quart de l'électricité produite sur son site – en la payant à son prix de revient, soit quatre à cinq fois plus cher que le courant traditionnel.

Charge ensuite à Romande Energie de vendre le solde à ses clients, via son offre de courant «vert», labellisé selon la norme «naturemade star», réputée la plus stricte d'Europe en matière de protection de la nature.

10% de courant «vert»

Pour la société, cette opération s'inscrit dans la volonté d'arriver à 250 millions de kWh écologiques par année à l'horizon 2020-2025, ce qui représenterait 10% de ses ventes, proportion conforme aux souhaits des autorités fédérales.

Pour ce faire, Romande Energie mise non seulement sur le solaire, mais également sur les éoliennes, la biomasse et les petites centrales hydrauliques. En tout, ce sont 570 millions de francs que la société va investir ces prochaines années dans ce type de projets. Sans oublier la promotion des pompes à chaleur et l'encouragement à faire des économies.

«Cela dit, il ne faut pas se voiler la face, admet Karine Devalte, responsable de la communication de Romande Energie. La demande va continuer à augmenter et on ne peut hélas pas miser uniquement sur le renouvelable. Il est clair qu'une partie du courant que nous vendons vient du nucléaire, du gaz et du charbon.»

Un geste citoyen

En attendant, ce parc solaire sera le plus puissant du pays, détrônant celui installé sur les toits du nouveau Stade de Suisse à Berne. En surface, l'EPFL égalera le parc de Mont-Soleil, dans le Jura bernois, mais ce dernier est déjà ancien et produit donc moins.

«Pour l'EPFL, c'est aussi un geste citoyen, se réjouit Jérôme Grosse. On avait invité Al Gore l'année dernière, c'est très beau au niveau du symbole, mais il fallait concrétiser. Voici donc une des concrétisations».

«Une des concrétisations», mais pas la première. Dès 1970, les bâtiments de l'école ont été conçus dans une perspective durable et elle veille constamment à remettre à jour ses stratégies écologiques et énergétiques.

En outre, l'EPFL se chauffe depuis bientôt 25 ans avec l'énergie solaire accumulée dans le lac, épargnant ainsi à l'atmosphère 150'000 tonnes de CO2 par année par rapport à ce que produirait une installation au mazout.

swissinfo, Marc-André Miserez

Romande Energie

13 centrales. Cinquième distributeur d'électricité en Suisse avec 260'000 clients dans les cantons de Vaud et du Valais, Romande Energie produit elle-même 20% du courant qu'elle vend, essentiellement dans ses 13 centrales couplées à des mini-barrages.

Nucléaire. Le solde de ses ventes provient de ses partenaires suisses et étrangers, soit également du nucléaire (40% de la production d'électricité en Suisse), du gaz et du charbon.

End of insertion

EPFL

Lausanne. L'une des deux Ecoles polytechniques fédérales du pays (avec celle de Zurich), L'EPFL réunit la quasi-totalité de ses étudiants professeurs, chercheurs, assistants, et autres membres du personnel (près de 10'000 personnes de 110 nationalités) sur un seul site, aux portes de Lausanne.

Excellence. Elle offre des formations complètes en ingénierie, sciences de base, architecture, sciences de la vie et gestion. En plus de l'excellence en formation et en recherche, l'EPFL se voue au transfert de technologie et à la création de nouvelles entreprises. Son Parc scientifique accueille plus de 100 start-up et de nombreux investisseurs.

End of insertion
En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?