Navigation

Le paysage, une valeur ajoutée pour les régions

Le Fonds soutient notamment la réfection des toits de chalets en tavillons, typiquement alpins. Keystone

Créé pour le 700e anniversaire de la Confédération, le Fonds suisse pour le paysage (FSP) a déjà soutenu plus d'un millier de projets dans les zones rurales du pays.

Ce contenu a été publié le 12 juin 2006 - 15:11

Les quelque 90 millions de francs investis dans la sauvegarde de sites traditionnels constituent une valeur ajoutée indéniable pour les régions et leur attrait touristique.

«Nous sommes la preuve vivante que le provisoire dure», a déclaré le président du FSP, l'ex-député radical bernois Marc Suter, lundi devant les médias à Berne. Le Fonds a été créé en 1991 et doté d'une enveloppe de 50 millions pour dix ans. Puis son mandat a été prolongé de dix ans en 2001.

Depuis 1991, l'accent a été mis sur les particularités régionales du paysage rural traditionnel.

Le FSP s'est ainsi engagé, entre autres, pour la sauvegarde des bisses en Valais et des toits en tavillons sur les chalets d'alpage à Fribourg, le relèvement de murs de pierres sèches dans le Jura et la restauration de châtaigneraies au Tessin.

Des allées d'arbres

La renaturation dans le Grand Marais seelandais et une série de projets d'écologie urbaine en ville de Neuchâtel figurent aussi à son actif. Son dernier grand projet, devisé à un million, est la campagne de trois ans pour la promotion des allées d'arbres.

Des arbres fruitiers devraient ainsi être plantés sur 1,2 km entre Coeuve et Porrentruy (Jura) et 40 sortes de noyers sur 300 m. à Meinier (Genève).

Selon Marc Suter, qui a souligné le rôle de catalyseur du FSP, le Fonds est en mesure de travailler de manière non bureaucratique, de prendre des décisions rapidement et de surveiller sur place l'utilisation qui est faite des fonds investis.

Au-delà de 2011

Une prolongation au-delà de 2011 s'avère donc absolument nécessaire si l'on veut préserver la richesse du paysage rural traditionnel, a noté Marc Suter.

Avec le vice-président Silvio Bircher, il a insisté sur la nécessité d'une collaboration avec d'autres fondations, les communes et l'agriculture, ainsi que sur le lien entre économie (touristique ou agricole) et revalorisation écologique.

Le travail du FSP n'est pas de réaliser des projets concrets mais de donner des impulsions et des conseils, de mettre en réseau des institutions d'intérêt public et de montrer des perspectives suprarégionales.

swissinfo et les agences

En bref

Le FSP soutient des projets qui sauvegardent la diversité biologique et structurelle du paysage. Exemples:

- la gestion et l'entretien des paysages ruraux traditionnels et proches de l'état naturel

- la restauration d'espaces vitaux naturels

- le renouvellement par des méthodes douces et le rétablissement d'éléments caractéristiques du paysage tels que des murs de pierres sèches, des toits en tavillons, etc

- la revitalisation de vergers, d'allées et de lisières de forêts

- la renaturation de cours d'eau canalisés ou recouverts

- la rénovation de villages ou de localités selon des principes écologiques

End of insertion

Faits

Le Fonds Suisse pour le Paysage (FSP) a été créé par le Parlement en 1991.
Ce Fonds doté de 50 millions de francs a d'abord été créé pour dix ans.
Il a été prolongé jusqu'en 2011 et doté d'une nouvelle tranche de 50 millions.
Le FSP a déjà soutenu plus de 1000 projets pour 90 millions de francs.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?