Navigation

Le Ministère public de la Confédération sous examen

La pression contre le procureur général de la Confédération Valentin Roschacher n'a cessé de s'accroître. Keystone

Suite à divers reproches internes et externes à l'égard du Ministère public de la Confédération (MPC), un examen extraordinaire de ses activités sera effectué.

Ce contenu a été publié le 05 juin 2006 - 19:16

Il portera d'une part sur des aspects financiers, d'autre part sur des questions de fond.

En tant qu'autorités de surveillance, le ministère de justice et police (DFJP) et le Tribunal pénal fédéral vont procéder à un «examen extraordinaire» du Ministère public de la Confédération, indique le DFJP lundi dans un communiqué.

C'est ce qu'ont convenu le ministre de justice et police Christoph Blocher et le président de la Cour des plaintes du Tribunal pénal fédéral, Emanuel Hochstrasser.

Ce week-end, la pression contre le procureur général de la Confédération Valentin Roschacher n'a cessé de s'accroître suite à un article paru jeudi dans la «Weltwoche».

Selon l'hebdomadaire alémanique, Valentin Roschacher se serait laissé abuser par un informateur colombien, trafiquant de drogue notoire, dans le cadre de la procédure pour blanchiment d'argent à l'encontre du banquier privé Oskar Holenweger.

Accumulation de reproches

Cet article a certes été un «facteur» dans la décision de soumettre le MPC à un examen extraordinaire, mais cela n'a pas été le facteur déterminant, a déclaré lundi le porte-parole du DFJP Livio Zanolari, qui précise qu'il s'agit bien plus de l'accumulation de divers reproches.

L'examen sera mené conjointement par le DFJP et le Tribunal fédéral de Bellinzone, responsables respectivement de la surveillance administrative et matérielle du Ministère public de la Confédération.

Alors que le premier examinera les aspects financiers et de gestion, le second se chargera des questions de fond, comme les reproches formulés par la «Weltwoche» à l'encontre de Valentin Roschacher.

Le DFJP fera savoir ces prochains jours qui sera chargé de cet examen au sein du département. Livio Zanolari n'a pu donner aucune indication sur la durée de la procédure.

Le Ministère public de la Confédération sera informé mardi de l'examen auquel il devra se soumettre. Lundi, aucune prise de position n'était disponible.

swissinfo et les agences

En bref

En Suisse, ce sont les autorités judiciaires cantonales qui sont compétentes pour la majeure partie des procédures pénales.

Cependant, certains types de délits sont de la compétence du Ministère public de la Confédération (MPC).

Parmi ces délits, on peut notamment citer les attentats à la bombe, la falsification de monnaie, l'espionnage, la criminalité internationale organisée et économique, le recyclage d'argent sale et la corruption.

Les délits commis par des fonctionnaires fédéraux dans le cadre de leurs fonctions sont aussi de la compétence du MPC.

End of insertion

Faits

Né en 1960, Valentin Roschacher est docteur en droit de l'Université de Zurich et avocat.
De 1992 à 1995, il est procureur de district à Zurich.
En octobre 1995, il entre à l'Office fédéral de la police, où il est responsable des Offices centraux «Trafic illicite des stupéfiants» et «Fausse monnaie».
Depuis le 1er mars 2000, il est procureur général de la Confédération.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?