Navigation

Le Lausanne Hockey-Club n'en finit plus d'étonner

Un esprit d'équipe à renverser des montagnes swissinfo.ch

Le club vaudois réalise tout simplement la meilleure performance de l'histoire moderne. L'entraîneur Mike McParland y est pour beaucoup.

Ce contenu a été publié le 27 novembre 2001 - 08:39

Plus de la moitié de la saison régulière est disputée, la sensation est parfaite. Avec son septième rang, une moyenne d'un point par match (26/26) et surtout un esprit d'équipe qui renverse des montagnes, fussent-elles tessinoises, zurichoises ou bernoises, le Lausanne Hockey-Club épate la galerie.

«Soyons francs, j'ai toujours eu confiance en mes joueurs, je les croyais capables de réaliser des prouesses, mais je ne m'attendais pas à une telle issue», souligne Mike McParland, l'entraîneur des Lions vaudois. Un homme que beaucoup ne voyaient pas vraiment avoir le profil de l'emploi pour réussir dans son entreprise.

Mission accomplie

Il est vrai qu'à 42 ans, le Canadien se risquait pour la première fois de sa carrière d'entraîneur en Romandie. Depuis 1988 il avait dirigé Coire, Langnau, Lyss, Herisau, Thurgovie et à nouveau Coire, soit autant de «commandos alémaniques» rugueux et physiques, autant d'équipes à l'esprit de village. La mission romande est pourtant gagnée. Au-delà de tout espoir.

Un entraîneur qui gagne a toujours raison. «C'est un grand communicateur, il s'amuse sur la glace, mais sait aussi gueuler lorsque c'est nécessaire, constate le capitaine franco-canadien Serge Poudrier. Il a su trouver un bon système avec les joueurs à disposition». Notamment avec le revenant Gerd Zenhäusern (ex-Fribourg), Philipp Orlandi, Trevor Meier et la dernière trouvaille russe, Andreï Bashkirov.

Garder les pieds sur terre

Lausanne devance les ZSC Lions, Kloten, Rapperswil, Langnau, Coire et navigue dans les mêmes eaux que Lugano, Berne et Fribourg. Tiendra-t-il la distance jusqu'au terme de la saison, lui qui n'a pas encore connu de véritable trou? «Nous devons tous garder les pieds sur terre, avertit Mike McParland.

Pour s'imposer, mes joueurs doivent évoluer à 120% de leurs capacités, alors que Lugano ou Davos peuvent nous battre avec 70% de leurs armes». «Notre seul objectif, c'est le maintien», plaide Pierre Hegg, l'éminence grise du club.

Personne à Malley ne prétend vouloir décrocher la 8e place, synonyme de play-off «Prenons match après match, et nous verrons bien, lance Mike McParland. A quoi bon nous mettre de la pression supplémentaire sur nos épaules?»

Jonathan Hirsch

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?