Navigation

Le grill reste l'un des derniers bastions masculins

Le barbecue, une affaire d'homes. On a encore pu s'en rendre compte en juin aux Championnats d'Europe à Spiez. Keystone Archive

L'été est la saison des grillades. Et en Suisse, c'est durant la fête nationale du 1er août que les Suisses s'adonnent plus particulièrement à cette activité. Mais derrière les grills, les Suissesses sont rares. L'endroit reste l'apanage des mâles Helvètes.

Ce contenu a été publié le 01 août 2001 - 16:16

Armée de ses pinces à saucisse, l'homme montre qu'il est le maître du grill. C'est ainsi, qu'en été, les hommes protègent attentivement les charbons ardents et tournent les saucisses avec une extrême sensibilité.

Quant aux femmes, elles ont, au mieux, la permission de préparer les salades. Du coup, les spécialistes de la sociologie et de la psychologie se sont demandé pourquoi le grill reste un bastion masculin.

Tâches de prestige

«A l'extérieur, les hommes accomplissent plutôt des choses qui se voient. C'est plus prestigieux que les tâches dissimulées par des portes et des fenêtres», explique Nina Degele, professeur de sociologie et experte des relations entre les sexes à l'Université de Fribourg en Brisgau.

Une enquête de l'Institut Gewis, de Hambourg, montre d'ailleurs que les hommes préfèrent des tâches qui ne s'accomplissent pas entre quatre murs. Représentant le «sexe fort», ils s'adonnent par conséquent volontiers à de petites réparations (89%), à l'évacuation des déchets (77%) ou aux courses (71%).

En revanche, certaines tâches les rebutent. C'est ainsi que peu d'hommes font la lessive (32%), nettoient la salle de bain (30%) ou font le ménage dans les chambres (25%).

Nina Degele trouve toutefois encore une explication à la passion des hommes pour les grillades. «C'est un reste des temps archaïques. Derrière le brasier, l'homme redevient un homme primitif qui peut sentir la sueur», explique-t-elle.

Sexy derrière le grill

Stephan Höyng, chercheur à la Haute école catholique de Berlin, en arrive à peu près à la même conclusion. «A l'origine, la tâche de l'homme était de chasser et de s'occuper du feu. Cela explique sa passion pour les grillades. Dans chaque homme sommeillent des instincts qui n'ont pas encore atteint le stade de la civilisation», déclare-t-il.

«Griller est aussi un rituel qui montre l'appartenance au groupe. Or, il est important tant pour les jeunes que pour les hommes d'âge mûr de montrer qu'ils appartiennent à un groupe et d'y tenir une place», poursuit Stephan Höyng.

Et cela semble réussir. Selon un sondage d'une chaîne de supermarchés britanniques, la plupart des 500 hommes interrogés se trouvent sexy derrière un grill.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?