Navigation

Le doyen des consulats suisse en Allemagne va fermer

Generalkonsulat

Après 162 ans d'existence, le consulat général de Suisse à Hambourg fermera définitivement ses portes en 2009. Alors que la communauté helvétique locale se dit déçue, le consul y voit la confirmation d'une tendance amorcée il y a quelques années déjà.

Ce contenu a été publié le 04 octobre 2008 - 20:02

La fermeture de la plus ancienne représentation suisse en Allemagne est prévue pour le 30 septembre 2009, a indiqué le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Son porte-parole, Georg Farago, précise qu'au-delà de cette date, c'est un consul honoraire qui représentera la Suisse à Hambourg.

Le consulat général dans la cité hanséatique est chargé des services consulaires pour les juridictions de Brême, de Hambourg, de Basse-Saxe et du Schleswig-Holstein. La ville de Hambourg abrite 140 consulats, un record à l'échelle européenne.

Vers des contrées lointaines

Le consul Thomas Casura déplore ce tournant, mais préfère éviter de prononcer le mot de fermeture. «C'est une transformation en représentation honoraire», a-t-il déclaré à swissinfo. Selon le diplomate, cette étape ferait partie d'un contexte général qui prévoit la délocalisation de plusieurs services consulaires vers d'autres horizons stratégiques, «hors des frontières européennes, dans des Etats comme la Chine, l'Inde, et les pays émergeants de l'ex-Union soviétique et du continent africain».

Une tendance amorcée il y a plusieurs années déjà et qui se justifierait notamment par le fait que l'une des tâches centrales d'un consulat général est la promotion économique. «Une activité prioritaire dans les nouveaux pays, davantage que dans les anciens marchés traditionnels déjà établis».

Sans illusion

Cependant, il ne faut pas se faire d'illusion, prévient le diplomate: «Un consul honoraire ne revêt pas de fonctions administratives. Il ne peut pas délivrer de passeports, ni transmettre de documents d'actes d'état civil en Suisse, par exemple».

Après le 30 septembre 2009, la juridiction consulaire sera administrée depuis Berlin, tandis que «le consul honoraire aura la tâche de maintenir le drapeau suisse aussi élevé que ses activités personnelles le lui permettent», précise encore Thomas Casura.

Le consulat général de Hambourg passe pour être une plateforme particulièrement active et un point de convergence et d'échange important entre divers réseaux d'associations et d'entreprises suisses. On y assure que tout sera mis en œuvre afin que les Suisses de l'étranger établis sur place ressentent le moins possible la fermeture du consulat général.

Un trajet «supportable»

Il faut dire que l'ambassade de Suisse à Berlin, se situe à une heure et demie de train de Hambourg, dans les environs immédiats de la gare centrale. «Une distance supportable», estime pour sa part le consul Thomas Casura.

C'est ce pour toutes ces raisons que plusieurs des représentations helvétiques en Europe mettent la clé sous le paillasson, «même si il faut bien admettre qu'un démantèlement n'est jamais plaisant en soi», reconnaît le diplomate.

Mais, dans un Etat de droit qui fonctionne aussi bien que l'Allemagne, la fermeture de l'antenne helvétique de Hambourg constituerait un moindre mal pour une communauté suisse particulièrement bien intégrée dans le tissu social et économique local, relève encore le consul.

Société suisse déçue

De son côté, la vice-présidente de la société suisse de Hambourg, Monika Speckin-Züger, ne cache pas sa déception. «C'est vraiment dommage, car les liens que nous entretenons avec le consulat sont excellents. Nous organisons de nombreuses rencontres et manifestations, et la représentation suisse nous remet une documentation précieuse que nous pouvons relayer aux nouveaux arrivants, ou qui nous permet de répondre à des questions relatives à la formation. Or, tout est amené à disparaître», constate-elle.

Et sans consulat, des démarches telles que la prolongation d'un passeport, ne seront plus aussi aisées. «Désormais, il faudra envoyer ces documents à Berlin et on nous les retournera par courrier. A Hambourg, nous pouvions nous rendre sur place et effectuer nos démarches personnellement».

Et même si un consul honoraire représentera tout de même la Suisse sur les rives de l'Alster, la fermeture du consulat général entrainera sans doute une augmentation des demandes d'information de la part des Suisses de l'étranger. «Et dans les cas pour lesquels nous ne pourrons pas venir en aide à nos compatriotes, ces derniers seront obligés de se rendre à Berlin», regrette encore Monika Speckin-Züger.

Compétences élargies

Pour Ariane Rustichelli de l'Organisation des Suisses de l'Etranger (OSE), cette fermeture constitue un énième exemple de la pression budgétaire que subit le DFAE, afin que ce ministère procède à des réductions de dépenses.

«La direction de l'OSE se dit consciente de la situation mais s'inquiète tout de même de la fermeture des juridictions consulaires helvétiques», ajoute encore Ariane Rustichelli. Et de relever que le maintien d'un service de qualité à disposition des citoyens suisses de l'étranger est fondamental.

A cette fin, l'OSE espère que tant le DFAE que les communes d'origine des citoyens suisses feront chacun un effort afin que les compétences du nouveau consul honoraire soient aussi étendues que possible.

swissinfo, Jean-Michel Berthoud
(Traduction de l'allemand: Nicole Della Pietra)

UNE LONGUE HISTOIRE

Le consulat de Suisse à Hambourg existe depuis 1846, alors que celui de Berlin n'a ouvert ses portes que près de vingt plus tard, en 1867. Mais c'est à Leipzig que la première représentation helvétique avait vu le jour. Elle avait néanmoins été fermée après la Seconde Guerre mondiale.

L'histoire du consulat général de Hambourg a été mouvementée. Ainsi, à la fin du mois d'avril 1945, le consul de l'époque, Adolf Zehnder et son épouse ont été tués dans un bombardement de l'aviation alliée.

En 1958, le consulat de Hambourg a été élevé au rang de consulat général en Allemagne. Et pourtant, il fermera définitivement ses portes dans une année

End of insertion

25 CONSULATS SUISSES
FERMES DEPUIS 1990

1990: Casablanca
1993: Lomé
1995: Bregence, Le Havre, Dijon, Curitiba
1996: Fribourg-en-Brisgau, Windhoek
1998: Annecy, Nice, Besançon, Palma de Majorque, Malaga
2000: Venise
2003: Johannesburg
2004: Mülhausen
2005: Manchester, Amsterdam
2006: Dresde, Las Palmas, Melbourne, Houston
2007: Naples
2008: Bordeaux
2009: Hambourg

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?