Navigation

Le Credit Suisse sommé de s'expliquer

Lukas Mühlemann, président du Credit Suisse Group, siège au Conseil d'administration de la Banco General de Negocios. Keystone Archive

Eclaboussé par le scandale de la BGN en Argentine, le Credit Suisse Group devra fournir un rapport à la Commission fédérale des banques.

Ce contenu a été publié le 11 février 2002 - 08:15

La Commission fédérale des banques (CFB) exige des éclaircissements sur les instituts partenaires du Credit Suisse Group en Argentine, en Uruguay et au Panama. Et sur les activités que ceux-ci mènent.

Andreas Bühlmann, vice-directeur et responsable de la division des grandes banques à la CFB, a confirmé l'information parue dimanche dans le SonntagsZeitung.

Ce rapport devra permettre de savoir si le groupe suisse a contrevenu à la réglementation en vigueur et si l'autorité de contrôle des banques doit intervenir, mais il ne s'agit toutefois pas d'une enquête préliminaire, selon le SonntagsZeitung.

Une affaire gênante pour le Credit Suisse

La justice argentine accuse les principaux dirigeants de la Banco General de Negocios (BGN), les frères José et Carlos Rohm, d'avoir favorisé la sortie de 70 millions de dollars de capitaux du pays, en dépit des restrictions bancaires imposées, et d'avoir blanchi de l'argent sale.

Carlos Rohm a été arrêté le 23 janvier à Buenos Aires, tandis que son frère José est en fuite.

L'affaire est gênante pour le Credit Suisse Group et son président Lukas Mühlemann, qui siège au conseil d'administration de la BGN. Sa filiale banque d'affaires, Credit Suisse First Boston (CSFB), possède un quart du capital de la BGN.

Les autres principaux actionnaires de la BGN sont la banque d'affaires américaine JP Morgan et la banque allemande Dresdner Bank.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?