Navigation

Le courant passe à nouveau entre Swiss et ses pilotes

La tension baisse entre Swiss Pilots et la compagnie nationale. Keystone Archive

Swiss Pilots accepte de reprendre les pourparlers avec la compagnie. Les discussions devraient recommencer la semaine prochaine.

Ce contenu a été publié le 02 août 2002 - 16:57

Le syndicat des pilotes de l'ex-Crossair fait donc un pas dans la direction de Swiss, après avoir rompu les négociations mardi dernier.

Un revirement annoncé vendredi par Swiss Pilots, à la plus grande satisfaction de la compagnie.

Toutefois, le syndicat refuse de se prononcer sur les deux scénarios proposés mardi par Swiss afin de mettre fin à son conflit avec les pilotes.

Swiss Pilots a examiné ces propositions. Le syndicat a, lui-aussi, élaboré un plan qui prévoit l'égalité dans tous les domaines où le tribunal arbitral a constaté des discriminations entre pilotes de l'ex-Crossair et de la défunte Swissair. Le syndicat ne veut pas en dévoiler les détails.

Une solution doit être trouvée

Aucune date n'a encore été fixée pour la reprise des discussions. Cependant, le syndicat aussi bien que la compagnie semblent vouloir agir rapidement. Dès la semaine prochaine.

«Nous sommes persuadés que nous allons trouver une solution. Nous n'avons pas d'autre choix», déclare Martin Gutknecht, membre du comité de Swiss Pilots.

La direction de Swiss salue cette annonce. Elle y voit un soulagement pour l'ensemble de la compagnie et pour ses investisseurs.

Deux scénarios

Pour mémoire, la compagnie avait présenté mardi deux propositions à Swiss Pilots, afin de tenter de résoudre le conflit.

Le premier scénario prévoit une hausse de la masse salariale (budgétisée actuellement à 100 millions de francs) de 16 millions.

Le second propose une augmentation de 26 millions. Il dépasse cependant les chiffres prévus dans le business plan de Swiss.

Si cette deuxième solution devait être retenue, des suppressions d'emplois ou de liaisons aériennes devraient donc être envisagées, selon la compagnie.

Appel des socialistes

Ce conflit intéresse la Suisse tout entière, la Confédération ayant engagé 2 milliards de francs de fonds publics dans la relance de la compagnie nationale.

Ainsi, le parti socialiste appelle le Conseil fédéral à jouer les médiateurs. Aux yeux du PS, la conclusion d'un contrat collectif de travail pour le personnel de cabine et pour les pilotes de l'ex-Crossair a la priorité absolue.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?