Navigation

Le champion du PDC se lance dans la course au gouvernement

C'était attendu, c'est désormais officiel: le démocrate-chrétien (PDC) Urs Schwaller brigue la succession du ministre libéral-radical (PLR) Pascal Couchepin. Le sénateur fribourgeois a annoncé sa candidature jeudi à Berne devant les médias.

Ce contenu a été publié le 13 août 2009 - 11:57

Agé de 56 ans, le chef du groupe parlementaire PDC est le deuxième démocrate-chrétien en lice, rejoignant dans la course son collègue de parti fribourgeois, le député Dominique de Buman. Vendredi dernier, celui-ci s'était déclaré partant en vue de récupérer le deuxième siège démocrate-chrétien au Gouvernement.

Bien que considéré comme le papable PDC le plus sérieux pour contester le siège gouvernemental du PLR bientôt vacant, Urs Schwaller a joué la prudence devant les médias. Il a insisté sur le fait que le dernier mot sur la stratégie du PDC reviendra au groupe parlementaire.

Le groupe, qui comprend par ailleurs les élus du Parti évangélique et des Verts-libéraux, décidera dans un premier temps, fin août, de l'opportunité d'entrer dans la danse. Et si c'est oui, il désignera le 8 septembre le candidat à lancer devant les deux Chambres du Parlement pour l'élection du 16 septembre.

Urs Schwaller est conscient qu'il ne peut être élu le cas échéant qu'avec l'aide de la gauche. Celle-ci ne serait pas perdante car «les socialistes et les Verts trouveront plus de points de convergence avec le PDC qu'avec le PLR.» Il convient désormais de voir jusqu'où on peut trouver un terrain d'entente, a analysé le Fribourgeois, assurant qu'il n'y a pas d'accord secret.

Reste que «la revendication du PDC est justifiée d'un point de vue arithmétique.» Et de répéter que le parti a toujours dit qu'il voulait récupérer son deuxième siège au Gouvernement en 2011 au plus tard.

«Le PDC représente le centre. Avec deux de ses représentants, les majorités changeront au sein du gouvernement, en matière de politique familiale, mais également dans le domaine des affaires sociales, du travail et de l'environnement», a encore dit Urs Schwaller.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?