Navigation

Lausanne et Bâle devraient passer la qualification pour la Coupe de l'UEFA

Christ (à droite) sera lausannois contre les Irlandais, au contraire d'Hanzi (tête baissée). Keystone

Le tirage au sort du tour de qualification pour la Coupe de l'UEFA a eu lieu, vendredi, à Genève. Deux des trois représentants helvétiques étaient concernés: Lausanne-Sports et le FC Bâle pour les échéances des 10 et 24 août.

Ce contenu a été publié le 23 juin 2000 - 21:39


Si le FC Bâle n'a rien à craindre de sa double confrontation avec le champion amateur de Saint-Marin - Folgore -, Lausanne-Sports, lui, ne peut sous-estimer le deuxième du championnat de l'Eire, Cork City.

En effet, la formation de l'Irlande du Sud avait tenu en échec Kiev (2-2), au Turners Cross Stadium, en match-aller de la Coupe des vainqueurs de coupes, lors de l'édition 1998/99. La saison précédente, les semi-professionnels irlandais avaient même passé deux tours en Intertoto, avant d'échouer devant le FC Aarau.

Mais le plus bel exploit de Cork City, au niveau international, remonte à la saison 1993/94, lorsque la formation irlandaise, battue seulement (2-1) à Istanbul, causa les pires tourments au désormais prestigieux club d'Istanbul - Galatasaray - en Ligue des champions. Seul un but du Suisse d'origine turque Kubilay Turkyilmaz sauva les footballeurs de Constantinople d'une cuisante déconvenue, au match-retour.

Cette confrontation entre Irlandais et Vaudois aura pour premier cadre de jeu le Stade olympique de La Pontaise, à Lausanne, le 10 août. Puis, le match-retour se déroulera chez les Insulaires au «Turners Cross Stadium». Dont l'arène peut accueilir jusqu'à 11.000 places.

Après avoir perdu six titulaires - Londono, Hanzi, Celestini, Rehn, Gerber et Ohrel -, les dirigeants du Lausanne-Sports ont adopté un profil bas, lors du tirage au sort, vendredi, à Genève. Le directeur sportif Claude Robin avouait son ignorance: «je ne peux pas parler d'un adversaire que je ne connais pas.» Responsable du centre de formation, Christian Lariepe, lui, se voulait plus rassurant: «certes, nous avons perdu des joueurs, mais nous aurons une équipe compétitive».

«Rien ne presse, devait poursuivre M. Lariepe. Nous sommes sur des pistes intéressantes. Notre souci est de pallier les départs de nos demis axiaux Celestini et Rehn. Sinon, Buhlman et Lutsenko continueront d'animer notre ligne médiane. Ensuite, en défense, nous sommes solides avec Karlen, Puce, Meyer et Christ. Et en attaque, Kuzba et Mazzoni restent.»

Au FC Bâle, le contexte est tout autre. Pas question de laisser partir les éléments de qualités. Le directeur sportif des Rhénans Erich Vogel affirmait clairement vendredi à Genève: «Nous gardons les meilleurs joueurs, dont Cantaluppi et Zuberbühler. Ce qui ne nous empêche pas de chercher à nous renforcer!».

La désignation de l'équipe de Saint-Marin, SS Folgore, comme premier adversaire dans l'aventure européenne 2000/2001, ne devait d'ailleurs susciter qu'une question d'intendance chez le manager bâlois: «Quel est l'aéroport le plus proche?». Bologne probablement!

A titre informatif, rappelons que le FC Zurich, vainqueur de la Coupe de Suisse, cette année, entrera en lice directement lors du premier tour principal, les 14 et 28 septembre.

Emmanuel Manzi avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?