Navigation

La Suisse veut inscrire Aletsch à l'inventaire de l'UNESCO

La candidature de la région Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn va être proposée à l'UNESCO comme patrimoine mondial. Keystone

La candidature du site naturel Aletsch-Jungfrau sera officiellement présentée d'ici à vendredi à l´UNESCO. Elle entre directement en concurrence avec le massif piémontais du Gran Paradiso. L´examen du dossier prendra au moins une année.

Ce contenu a été publié le 28 juin 2000 - 00:53

Enfin! La Suisse se lance dans la compétition. Il faut dire que l’Italie a déjà une longueur d’avance. Puisque son dossier, ficelé autour du massif piémontais du Gran Paradiso, a été déposé depuis un bon moment. Raison pour laquelle, le Conseil fédéral entend donner un coup d’accélérateur à l'inscription de la région Jungfrau-Aletsch au patrimoine mondial de l'UNESCO.

Le Département fédéral de l'environnement (DETEC) va déposer la candidature du site, vaste de 470 km², d'ici à la fin de la semaine. Si la candidature aboutit, la région rejoindra sur la liste de l'UNESCO des sites naturels comme la plaine du Serengenti, le Grand Canyon ou le Kilimanjaro. Mais, il faudra attendre une année avant de connaître la décision de l’UNESCO.

Il s’en est fallu de justesse pour que des contraintes de politiques locales viennent tuer dans l’œuf ce projet. Après plusieurs hésitations, deux communes - Naters et Ried-Mörel - ont finalement donné leur feu vert à la candidature du site auprès de l'UNESCO. De fortes minorités proches des milieux touristiques craignaient pour leurs rentes, après la protection du site Aletsch-Jungfrau.

Cette position était d’autant plus paradoxale que l'inscription au patrimoine mondial de l'UNESCO représente une reconnaissance et une distinction au plus haut niveau de la valeur du site. Elle signifie que les Etats s'engagent au niveau mondial pour que ce site soit transmis aux générations futures. Avec à la clef, des incidences favorables sur le tourisme.

Finalement, les deux cantons concernés - le Valais et Berne - ont donné leur accord au projet. Le canton de Berne et les communes de Lauterbrunnen et de Grindelwald l'ont approuvé en 1998. L'Etat du Valais a fait connaître son approbation le mois dernier. Et onze communes haut-valaisannes s'y sont ralliées.

A cheval sur la frontière cantonale entre le Valais et Berne, le site Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn englobe l'Eiger, le Mönch et la Jungfrau. Ces trois sommets culminent à 4000 mètres d'altitude. La zone protégée comprendra également le glacier d'Aletsch. Long de 24 kilomètres, celui-ci présente un caractère unique dans tout l'arc alpin. L'inscription de la région au patrimoine mondial de l'UNESCO n'entraînera aucune nouvelle mesure de protection.

Si la candidature de la région Jungfrau-Aletsch-Bietschhorn aboutit, ce sera le premier bien naturel suisse inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO. Selon le DETEC, 600 objets environ figurent aujourd'hui au patrimoine mondial: 128 biens naturels, dont les très célèbres sites du Serengueti, du Kilimandjaro ou du Grand Canyon; 480 biens culturels, dont trois en Suisse: le monastère de St-Gall, le couvent St-Jean à Müstair dans les Grisons et la vieille ville de Berne.

Jugurtha Aït-Ahmed





Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?