Navigation

La Suisse s'intéresse au marché mexicain

La Suisse a l'intention de conclure de bonnes affaires avec le Mexique. Keystone

Le président de la Confédération Joseph Deiss arrive mercredi au Mexico à la tête d’une délégation économique de haut vol. Une première.

Ce contenu a été publié le 09 novembre 2004 - 19:57

Cette visite survient alors que le Mexique s’efforce d’ouvrir son économie aux capitaux étrangers.

Donald Johnston, secrétaire général de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a déclaré la semaine dernière que l’ouverture du marché mexicain constituait une «lueur d’espoir» pour les pays en développement.

Joseph Deiss, qui est aussi ministre de l’Economie, doit rencontrer le président Vicente Fox et d’autres membres du gouvernement à propos des relations économiques et politiques entre les deux pays.

Le Mexique est important en tant que partenaire, mais aussi en tant que membre de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA), avec les Etats-Unis et le Canada.

Le président de la Confédération est accompagné d’une importante délégation commerciale, dirigée par Ueli Forster, président d’economiesuisse, la Fédération des entreprises suisses.

La délégation compte aussi les dirigeants de la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH) et Swissmem, l’organisation faîtière de l’industrie des machines.

Les entreprises sont également représentées individuellement, avec des dirigeants de Nestlé (alimentation), Novartis (pharma), Clariant (chimie), UBS (banque), ABB et Alstom Suisse (ingénierie électrique), SGS (surveillance) et Holcim (ciment).

Le commerce s’intensifie

Le Mexique représente la dixième économie mondiale et le deuxième partenaire commercial de la Suisse en Amérique latine (après le Brésil).

Selon les statistiques suisses, les exportations vers le Mexique ont totalisé 914 millions de francs en 2003 (près d’un pour cent du total des exportations) et les importations 219 millions.

Pourtant, les chiffres mexicains indiquent que les exportations vers la Suisse sont presque quatre fois supérieures, notamment parce que de nombreux produits mexicains sont finis au Pays-Bas avant d’être exportés vers la Suisse.

Les investissements directs de la Suisse au Mexique ont atteint 4,2 milliards de francs en 2002, soit un pour cent du total pour le monde entier.

Quelque 350 entreprises à capital suisse sont actives au Mexique, surtout dans les services, l’industrie et le commerce.

Relations bilatérales

Le ministère suisse des Affaires étrangères a qualifié les relations bilatérales de «très bonnes», alors que celui de l’Economie indique que ces relations n’ont fait que s’améliorer depuis 15 ans.

Vicente Fox, qui est venu en Suisse en mai, a été élu en 2000, après 70 ans de règne sans partage du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI). Le marché mexicain a commencé à se libéraliser en 1994, depuis la signature de l’ALENA avec les Etats-Unis et le Canada.

En 2002, le Mexique a signé un deuxième accord de libre-échange, cette fois avec l’Union européenne, afin d’éviter une trop grande dépendance à l’égard des Etats-Unis.

De même, il a signé des accords bilatéraux avec la Suisse, dont un accord sur la fiscalité (en 1994) et un autre sur la protection des investissements (1995).

swissinfo, Chris Lewis
(Traduction de l’anglais: Isabelle Eichenberger)

Faits

Le Mexique est la 10e économie du monde et le 2e partenaire commercial de la Suisse en Amérique latine.
Il est aussi un important partenaire pour la Suisse en tant que membre de l’ALENA, organisation américaine de libre-échange.
Le Mexique compte 350 entreprises à capital suisse dans les services, l’industrie et le commerce.

End of insertion

En bref

- Le président de la Confédération et ministre de l’Economie, Joseph Deiss, conduit une délégation de choc au Mexique.

- Il devrait rencontrer le président Vicente Fox.

- La délégation compte Ueli Forster, président d’economiesuisse, ainsi que des dirigeants de Nestlé, Novartis, Clariant, UBS, ABB, Alstom Suisse, SGS et Holcim.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?