Navigation

La Suisse perd son premier match des Mondiaux

La Suisse a trébuché à l'image de Bjoern Christen (au centre). Keystone

Courageuse et solidaire, l'équipe nationale de hockey a fait front contre les Tchèques. Mais le coeur n'a pas suffit. Elle s'est inclinée 5 à 0.

Ce contenu a été publié le 26 avril 2002 - 23:13

Il est près de 20 heures, la nuit tombe sur Jönköping. Dans la magnifique «Kinnarps Arena» de cette typique petite ville suédoise, Ralph Krueger a le visage fermé. L'entraîneur de l'équipe de Suisse ajuste nerveusement le nœud de sa cravate.

Dans cette première rencontre des Mondiaux du groupe A contre les champions du monde en titre - les Tchèques - les Suisses doivent absolument tenir le choc.

Ne pas exploser pour croire en eux. Le passé récent, douloureux, a mis leurs nerfs à fleur de peau. Au fil des minutes les internationaux à croix blanche retrouvent des couleurs. Ils se battent comme des lions sur chaque puck.

La République tchèque trop forte

Dangereuse même par instants, et malgré de très belles parades du gardien Gerber, la Suisse cède pourtant sous les coups de butoir répétés de Jaromir Jagr et de ses coéquipiers. Passé les premières escarmouches, le cœur ne suffit plus.

Et la fin du 2e tiers ressemble à un vrai cauchemar pour les protégés de Ralph Krueger. Le système défensif imaginé par le Canado-Suisse aura ainsi fait ses preuves durant près de trente-trois minutes avant de céder.

Sous l'impulsion de la star des Washington Capitals, les Tchèques mettent en effet un terme au suspense en marquant par trois fois en cinq minutes pour mener 4-0.

Totalement dominés, les Suisses finiront par boire le calice jusqu'à la lie en toute fin de rencontre en encaissant encore un ultime but dans le dernier tiers.

Pourtant, même lourd, ce revers n'est pas dramatique. Il met simplement les internationaux à croix blanche encore un peu plus sous pression.

Ces derniers ont désormais une journée sur les bords du lac Vättern pour colmater les brèches en défense, et trouver des solutions en attaque. Dimanche, contre l'Allemagne, la victoire est obligatoire.

swissinfo/ Mathias Froidevaux à Jönköping

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?