Navigation

La Suisse ne se rallie pas à la bannière étoilée

George Bush seul en guerre contre l’Irak? «Pas question», répondent les Suisses. Keystone

En comparaison internationale, la Suisse serait un des pays les plus critiques envers la politique étrangère américaine.

Ce contenu a été publié le 12 septembre 2002 - 11:22

Dans un sondage portant sur 33 pays, la population helvétique est une de celles qui émet les avis les plus négatifs.

Selon un sondage réalisé par l'Institut Isopublic à la demande du quotidien Blick, 82,5% des personnes interrogées considèrent qu'il serait faux que les USA lancent une attaque militaire contre Saddam Hussein sans le feu vert de l'ONU.

Mais même si Washington obtient le mandat onusien, une majorité de 58,6% reste hostile à une attaque. Celle-ci ne recueille que 25,1% d'avis favorables.

Il apparaît en outre que 52,3% des Suisses s'attendent à une prochaine recrudescence du terrorisme international. 45,9% qualifient de «juste» la guerre menée par les Etats-Unis contre le terrorisme, alors que 38,2% ne sont pas convaincus.

Ce sondage a été réalisé durant la période 22 août au 3 septembre auprès de 1000 personnes en Suisse alémanique et en Suisse romande.

La Suisse derrière la Macédoine

Le même institut Isopublic dévoile mercredi les résultats d'un autre sondage mené durant les mois de juillet et d'août dernier par Gallup International dans 33 pays du monde entier.

Sur 28 218 personnes interrogées, 43% émettent un avis négatif sur la politique extérieure américaine, tandis que 29% la jugent positivement.

Les Suisses se montrent ici particulièrement critiques, puisque 60% des 500 sondés portent un jugement négatif, contre 11% seulement d'avis positifs. Seule la Macédoine se montre plus critique, avec 61% d'avis négatifs.

Parmi les 33 pays sondés, c'est en Israël que la politique étrangère US est la plus appréciée, avec 71% d'avis positifs. Une majorité positive se dégage également en Irlande, en Géorgie, en Pologne, en Roumanie, en Colombie, au Pérou, à Hong Kong, au Nigeria et en Afrique du Sud.

Dans l'Union européenne, où le sondage a porté sur dix pays, 47% des personnes interrogées émettent un avis négatif, contre 26% d'avis positifs.

Bush s'en va-t-en guerre

A l'occasion des célébrations du 11 septembre, George W. Bush s'est à nouveau posé mercredi en défenseur du monde contre les terroristes et les tyrans.

«Nous sommes soutenus par une grande coalition de pays pour débarrasser le monde du terrorisme. Et nous ne laisserons aucun tyran ou terroriste menacer la civilisation avec des armes de destruction massive», a dit le président américain.

George W. Bush, qui doit clarifier sa position sur l'Irak jeudi aux Nations Unies, a ajouté que la guerre contre le terrorisme n'était pas une cause exclusivement américaine. «Notre cause est celle de la dignité humaine, de la liberté guidée par la conscience et gardée par la paix», a dit le président.

«Pas sans l'ONU», dit Villiger

De son côté, Kaspar Villiger a réaffirmé mardi à New York l'opposition de la Suisse à une intervention unilatérale contre l'Irak.

Pour le président de la Confédération, une telle décision doit revenir au Conseil de sécurité de l'ONU et ne doit être appliquée que si toutes les voies diplomatiques sont épuisées.


swissinfo avec les agences

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?