Navigation

La Suisse marque un point contre la France

Cabanas et Zidane à la lutte: beaucoup de ratés et d'imprécisions dans ce match. Keystone

Pour leur entrée en Coupe du Monde, la Suisse et la France se séparent sur un match nul (0-0), au terme d'une partie intense, mais crispée.

Ce contenu a été publié le 13 juin 2006 - 20:24

Les hommes de Köbi Kuhn peuvent s'estimer satisfaits, dans la perspective de la qualification pour les huitièmes de finale. Dans l'autre match du groupe G, la Corée a battu le Togo.

Le scénario ne change pas. Pour la troisième fois en moins d'une année et demie, la France et la Suisse n'ont pas su se départager. Dans un stade rempli aux trois quarts de supporters helvétiques, la chaleur torride a pas mal fait souffrir les deux équipes.

Il serait hasardeux de désigner un vainqueur aux points. Les Français ont été privés d'un penalty flagrant à la 37e minute, avec une main involontaire de Müller sur une frappe cadrée de Thierry Henry. Mais les deux occasions les plus nettes de la rencontre doivent être portées au crédit des Suisses.

A la 24e, Barnetta armait un coup-franc que Senderos et Frei laissaient filer sur le poteau gauche d'un Barthez battu. Et, à la 65e, le gardien tricolore était cette fois à la parade sur une tête à bout portant de Gygax qui avait bénéficié d'un centre parfait de Magnin au second poteau.

Une bonne opération

Quoi qu'il en soit, ce point cueilli face à l'un des favoris du tournoi a de quoi combler Köbi Kuhn et ses joueurs.

«C'est un bon premier match, déclare à swissinfo Xavier Margairaz, entré en fin de partie. Le nul est logique, même si on est un peu frustrés par rapport aux occasions manquées. Mais il faut se contenter de ce point.»

Sentiment partagé par Alexander Frei. «On a pris un point, nous sommes lancés dans le tournoi. Il faut voir le côté positif, estime l'attaquant suisse. On a eu deux ou trois occasions, mais le nul est correct.»

Un nul que Tranquillo Barnetta estime pour sa part «bon pour les deux équipes». Selon lui, la Suisse «a bien commencé le tournoi».

Lundi à Dortmund, les Helvètes pourront prendre une option sur la qualification pour les huitièmes de finale s'ils s'imposent devant le Togo. Mais, fait remarquer Ludovic Magnin, ce ne sera pas facile de «jouer contre une équipe africaine à 3 heures de l'après-midi».

Beaucoup de ratés

La chaleur était déjà au rendez-vous de cette rencontre, marquée par pas mal de nervosité et beaucoup de ratés dans les contrôles et dans les passes.

Les Bleus se sont montrés passablement au-dessous de ce qu'on aurait pu attendre d'une équipe aussi prestigieuse. Ainsi, Zidane n'a insufflé pratiquement aucune impulsion alors qu'Henry a brillé par sa maladresse à la conclusion.

Le capitaine et le buteur français ont, il est vrai, été opposés aux deux meilleurs Suisses de la soirée, Senderos et Vogel. Une fois encore, les deux Genevois ont démontré toute leur classe. C'est eux qui tiennent la «Maison Suisse», avec une assurance étonnante.

En demi-teinte

Malgré cela, le manque de réussite, mais aussi le rendement trop inégal de Barnetta et de Cabanas n'ont pas permis aux Suisses de gagner cette rencontre, qui était pourtant totalement à leur portée.

Peut-être Köbi Kuhn aurait-il dû lancer plus tôt Margairaz dans le bain. Le Vaudois n'a été introduit qu'à la 82e minute, remplaçant un excellent Wicky.

Le demi du FC Zurich fut ainsi l'un des acteurs d'une fin de rencontre sous haute tension. Les Suisses ont pratiquement joué à dix à partir de la 84e. Philipp Degen se blessait, en effet, dans un choc avec Wiltord. Comme il avait déjà opéré ses trois changements, Köbi Kuhn a demandé à Barnetta de reculer, Degen ne faisant plus que de la figuration.

Malgré cette infériorité numérique, l'ultime occasion du match était pour les Suisses. Un coup-franc provoqué par Gygax offrait à Magnin la possibilité d'ajuster un centre-tir parfait. Mais Frei commettait l'erreur de tenter de marquer... de la main, alors que le ballon venait sur Djourou au second poteau.

Encore des lacunes

Au final, malgré une performance d'ensemble très honorable, ce match n'a pas fait oublier les lacunes de l'équipe de Suisse.

«Il faut être satisfait de ce résultat, déclare Köbi Kuhn à l'agence Sport Information. On a eu des occasions mais les Français aussi. Dans l'ensemble, ils ont mené le jeu. On était nerveux. On a trop souvent perdu le ballon. Dans la performance globale de l'équipe, je suis satisfait. Mais il y a des éléments à corriger.»

«Dans la conservation du ballon, notamment, on n'était pas à la hauteur, poursuit l'entraîneur suisse. Mais il ne faut pas oublier qui était notre adversaire. L'équipe de France est dotée de footballeurs fantastiques.»

De son côté, Raymond Domenech, entraîneur des Bleus, juge que «c'est un match nul avec des bons moments. On aurait pu faire la différence, on aurait pu se faire planter. On sait que ce n'est pas facile. On a enlevé deux points à un concurrent direct. Mais je regrette qu'on n'ait pas marqué quand il fallait».

swissinfo et les agences, avec Mathias Froidevaux à Stuttgart

Faits

Dans l'autre match de ce groupe G, la Corée du Sud a battu le Togo 2 à 1.
A l'issue de cette première journée, la Corée est en tête du groupe avec 3 points, suivie de la Suisse et de la France avec 1 point chacune. Le Togo est quatrième, avec 0 point.

End of insertion

En bref

- Depuis le 1er mai 1993 et son exploit devant l'Italie en phase éliminatoire pour la Coupe du Monde 1994 aux Etats-Unis (1-0 à Berne), l'équipe de Suisse n'a plus réussi à s'imposer contre une grande nation du foot en compétition officielle.

- Lors des deux rencontres éliminatoires pour cette Coupe du Monde 2006, la Suisse et la France avaient déjà fait match nul (0 à 0 le 26 mars 2005 à Paris et 1 à 1 le 8 octobre 2005 à Berne).

- Les deux prochains adversaires de la Suisse en Allemagne seront le Togo le 19 juin à Dortmund et la Corée du Sud le 23 juin à Hanovre.

- Au classement mondial de la FIFA, la France est 8e, la Suisse 35e.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?