Navigation

La sécheresse persiste en Afrique orientale

Au Kenya - comme en Somalie, à Djibouti et en Ethiopie - la situation est catastrophique Keystone

La Direction du Développement et de la Coopération (DDC) indique que la sécheresse et la famine vont encore affecter longtemps la Corne de l'Afrique.

Ce contenu a été publié le 17 janvier 2006 - 21:34

Cet avertissement survient juste avant la conférence de Nairobi entre les pays touchés, les organisations d'aide, les Nations Unies et les Etats donateurs dont fait partie la Suisse.

Selon le Programme alimentaire mondial des Nations Unies (PAM), des millions de personnes font face à de graves pénuries d'eau et de nourriture au Kenya, en Somalie, à Djibouti et en Ethiopie.

Mardi, le PAM a affirmé que sans l'aide de la communauté internationale, il devrait cesser sa distribution de nourriture au Kenya dès le mois de février.

Interrogé par swissinfo, Jacques Bovier - le coordinateur des activités régionales de la DDC basé à Nairobi, la capitale du Kenya – explique que le gouvernement suisse ne concentre pas ses efforts sur des pays en particulier mais sur toute la région.

Des attaques et des vols

«Il s'agit d'un problème affectant non seulement le Kenya mais également la Somalie, l'Ethiopie et Djibouti. Nous devons donc agir sur une base régionale», confirme-t-il.

Et il ajoute que l'un des principaux défis des organisations d'aide est d'assurer que les rations de nourriture et de secours atteignent ceux qui en ont besoin.

«Prenez le problème de la piraterie sur les côtes somaliennes, souligne Jacques Bovier. Si vous essayez d'apporter de la nourriture en Somalie par la mer, le bateau peut être attaqué et la nourriture n'atteindra jamais le pays.»

«Actuellement les provisions doivent transiter par le Kenya avant d'être acheminées par route en Somalie. Mais les stocks de nourriture peuvent encore être attaqués et volés par les Kenyans qui souffrent également de la sécheresse.»

La DDC a donc fait de la sécurité du transit de l'aide alimentaire entre le Kenya et la Somalie un de ses objectifs prioritaires.

Dans ce contexte, la Direction du Développement et de la Coopération se réjouit de l'enquête lancée par le gouvernement kenyan afin de savoir comment de la nourriture destinée aux victimes de la famine s'est retrouvée en vente sur un marché.

«C'est un problème récurrent, souligne Jacques Bovier, mais les autorités font désormais tout leur possible pour que l'aide arrive à ses bénéficiaires.»

Un nouvel appel à l'aide internationale

En fin de semaine, les organisations d'aide et humanitaires actives dans la région vont se réunir à Nairobi pour faire le point.

«Cette rencontre de jeudi entre les pays concernés, l'ONU, les pays donateurs et les ONG est une chance de tirer les conclusions qui s'imposent sur la situation au Kenya, en Ethiopie, à Djibouti et en Somalie», affirme Jacques Bovier qui y assistera au nom de la Suisse.

Le coordinateur des activités régionales de la DDC espère que la réunion aboutira à un nouvel appel à l'aide internationale et se dit convaincu de la DDC va «certainement» intensifier son effort humanitaire dans la région.

L'aide sera principalement fournie en coopération avec le PAM, mais la DDC compte également financer des projets coordonnés par des organisations non-gouvernementales helvétiques qui travaillent sur place.

«La situation se détériore et la pluie n'est pas en vue. Et même si elle venait – elle est prévue pour les mois d'avril ou mai – il faudra attendre des mois avant que la prochaine récole ne soit prête. Le manque de nourriture va se faire de plus en plus sévère», conclut Jacques Bovier.

swissinfo, Ramsey Zarifeh
(Traduction et adaptation de l'anglais: Mathias Froidevaux)

Faits

Normalement, la seconde saison des pluies dans la Corne de l'Afrique va d'octobre à décembre. Mais la pluie n'est pas arrivée durant cette période et la majorité des récoltes ont été perdues.
Le PAM estime à plus de 11 millions les personnes qui auront besoin d'aide en Somalie, au Kenya, en Ethiopie et à Djibouti.
La situation est particulièrement grave dans le sud de la Somalie: selon les estimations, la prochaine récolte devrait être la plus faible des dix dernières années.
Au Kenya, le gouvernement a lancé un appel pour récolter 150 millions de dollars nécessaires pour nourrir 2,5 millions de personnes durant les six prochains mois.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?