Navigation

La place financière se trouve de nouveaux avocats

Pour ces jeunes Suisses de l'étranger, la mère patrie n'a pas à rougir de sa richesse. swissinfo.ch

En marge du congrès de la 5e Suisse, neuf jeunes du dehors se sont frottés à la finance helvétique durant une semaine.

Ce contenu a été publié le 29 août 2003 - 20:47

Au départ, ils percevaient favorablement les banques suisses. Cette impression n'a fait que se confirmer.

Entre 16 et 24 ans, jeunes et sains, Suisses de l'étranger, et apparemment fiers de l'être. Mais encore? A fond derrière la place financière helvétique. Et, ceci expliquant peut-être cela, souvent enfants de banquiers ou étudiants en économie.

Dans leur pays d'adoption - France, Luxembourg, Grande-Bretagne, Italie, Tunisie, Allemagne ou Norvège -, la Suisse qui gagne est souvent mal perçue. Surtout lorsqu'elle s'enrichit grâce aux dollars de dictateurs profitant du secret bancaire.

«En Angleterre, l'image est plutôt négative, empreinte de jalousie», confirme un jeune Londonien. Au Luxembourg, par contre, une perception plus nuancée rappelle les similitudes entre les deux petits états bancarisés.

«Hallucinant»

Reste qu'à l'étranger, on associe plutôt la Suisse à «richesse» et «égoïsme». Pourtant, selon les participants à cette semaine d'introduction à la finance suisse, il n'y a pas à rougir.

«La Suisse est un pays indépendant, riche, puissant, qui continue à avoir son mot à dire note un jeune. Comment en serait-il arrivé-là sans les financiers?»

Ces financiers, les jeunes expatriés les ont surtout rencontrés à Zurich. Venue de France, Nathalie n'a d'autre mot qu'«hallucinant» pour évoquer les douze bâtiments du Credit Suisse, les huit ordinateurs devant chaque trader, les compétences linguistiques et le cursus de formation des employés.

Impressionnés mais pas totalement naïfs, les jeunes expatriés décèlent quelques améliorations dont le système aurait tout à gagner. Et d'abord le blanchiment d'argent sale, qu'ils voudraient voir réduit à l'aide de règles plus strictes.

Autre proposition: un taux d'imposition identique sur tout le territoire. Un Suisse de Grande-Bretagne estime en effet que la pratique actuelle ne favorise pas le développement de certains cantons imposant à des taux élevés.

Durant cette semaine d'étude, les jeunes de la 5e Suisse se sont aussi frottés aux vues critiques d'un professeur d'économie et d'une ONG, «Action place financière suisse.»

Idéalistes

«J'ai été très impressionné par la différence entre le discours des banques et celui de l'ONG, confie un Anglo-Suisse. Cette ONG veut changer le système. Ce sont des idéalistes, et la façon dont ils s'y prennent n'est pas raisonnable. Mais les idéalistes sont nécessaires.»

«Je crois qu'ils ne voient pas le lien entre la richesse de la Suisse et la place financière, reprend un Norvégien. Ils regardent la situation de haut.»

Un jeune du Luxembourg va plus loin. Certains Suisses critiquent à la fois le secret bancaire et refusent une adhésion à l'Union européenne. Pour lui, il y a de l'hypocrisie dans cette attitude qui n'offre aucun avenir au pays.

L'avenir justement passe par l'Europe, selon la plupart de ces jeunes du dehors. Et les Suisses du dedans devront bien «un jour ou l'autre choisir leur camp!» Quitte à voir s'effilocher le secret bancaire, sous la pression des partenaires européens.

Les banques suisses privées du secret bancaire? Pourquoi pas! Une partie de l'argent quittera les coffres, la place financière souffrira au début, mais elle s'adaptera, comme elle a toujours su le faire.

En clair, «on ne s'inquiète pas vraiment pour les banques suisses», assure Bruno le Luxembourgeois. La force est avec elles.

swissinfo, Pierre-François Besson à Crans-Montana

En bref

- Le Congrès des Suisses de l’étranger a lieu du 29 au 31 août à Crans-Montana (VS).

- 500 personnes environ y sont attendues dont au moins 350 membres de la Cinquième Suisse.

- Le gouvernement y est représenté par le président de la Confédération, Pascal Couchepin.

- La place financière helvétique constitue le thème principal de ce 81e congrès.

- Le Conseil des Suisses de l’étranger qui aura lieu le 29 août se penchera notamment sur les élections fédérales d’octobre, la situation des Suisses d’Argentine et la révision de la loi fédérale sur la radio et la télévision.

- Ce dernier point concerne aussi le futur de swissinfo/SRI

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?