Navigation

La patrouille des glaciers arrêtée par sécurité

L'annulation de la patrouille 2002 a provoqué la déception. Keystone

La course a été stoppée vers 7 heures samedi en raison de risques d'avalanches dans la région du Lac des Dix. La patrouille ne repartira plus.

Ce contenu a été publié le 27 avril 2002 - 15:34

C'était la seule décision que l'on pouvait prendre, a déclaré le commandant de la patrouille Marius Robyr sur les ondes de la Radio Suisse romande. La course avait été interrompue dans un premier temps en raison des risques d'avalanche.

Des coulées ont été déclenchées dans la région du Lac des Dix. Si nous avions fait repartir la course, il aurait fallu refaire la trace, a précisé M. Robyr. Or les patrouilles n'auraient plus pu parvenir dans les temps impartis à la Barmaz.

Au col de Riedmatten

Lorsque la décision d'interrompre la course a été prise, la grande majorité des patrouilles étaient à l'assaut du col de Riedmatten, le premier poste après Arolla. Seules quelques patrouilles filaient en direction de Tête Blanche en ayant déjà accompli plus du 70 % du parcours (soit 5 heures de course). Toutes les équipes ont dû rebrousser chemin vers Arolla.

Malgré les mauvaises conditions météorologiques, aucune patrouille n'avait renoncé à prendre le départ, a précisé Jean-Marie Cleusix, le chef de presse de la course. Celle-ci s'est déroulée dans des conditions difficiles (chutes de neige et brouillard) mais sans problème.

Samedi matin, tous les coureurs ont été rapatriés depuis Arolla sur Verbier où une petite cérémonie a malgré tout été organisée. L'opération a nécessité la fermeture de la route entre la station et le village des Haudères. Une quarantaine de cars ont été mobilisés.

Les patrouilles qui se sont élancées dans la nuit de vendredi à samedi ne seront pas classées. «Dans l'ensemble, la décision d'arrêter la course a été bien acceptée», précise M. Cleusix, «même si pour certains, la déception était vive».

Affluence record

Jeudi, la course avait été remportée par la patrouille fribourgeoise composée de Frédéric Grandjean, Julien Vial et Benoît Dessibourg. Ils avaient mis quatre heures et trois minutes pour couvrir le petit parcours de l'épreuve, soit les 26 kilomètres séparant Arolla de Verbier.

Pour sa dixième édition, la patrouille des glaciers avait connu une affluence record de plus de 900 patrouilles. 450 formations avaient dû être refusées. 310 patrouilles s'étaient élancées pour l'épreuve reine au départ de Zermatt et au total quelque 600 patrouilles auraient dû prendre le départ d'Arolla.

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?