Navigation

La grippe aviaire est arrivée en Suisse

La zone du jet d'eau de Genève a été fermée pour 24 heures. Keystone Archive

Le premier cas de grippe aviaire a été découvert à Genève, en Suisse. Et Berne confirme deux cas positifs à Stein am Rhein (Schaffhouse), côté allemand.

Ce contenu a été publié le 26 février 2006 - 13:08

Les autorités suisses partent du principe que ce premier cas genevois concerne bien le virus hautement pathogène du H5N1 mais appelle au calme.

Les autorités suisses et celles des cantons concernés se sont relayées toute la journée de dimanche pour calmer le jeu, à leur tête Joseph Deiss, ministre de l'Economie chargé de l'agriculture.

«Ce serait une erreur de tomber dans la panique, a déclaré M. Deiss. Mais ce serait aussi une erreur de ne pas prendre les mesures de précaution nécessaires.» Ce qui, d'après tous les offices fédéraux concernés, a été fait puisqu'ils s'attendaient à l'arrivée de la grippe aviaire en Suisse.

«Il n'existe actuellement aucun danger pour l'homme et, à leur actuelle, le problème touche uniquement les éleveurs de volailles », a souligné le directeur de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) Thomas Zeltner lors d'une conférence de presse à Berne. Aucun cas d'infection de l'être humain par un oiseau sauvage n'a été enregistré à ce jour en Europe.

Rives du lac sans danger

Les analyses menées samedi et dimanche sur le harle sauvage découvert dans la rade de Genève ont toutes deux été positives, a précisé pour sa part le directeur de l'Office vétérinaire fédéral (OVF) Hans Wyss.

L'échantillon a été envoyé dimanche au laboratoire de l'Union européenne de Weybridge à Londres. On saura au plus tard en fin de semaine s'il s'agit bien de la souche hautement virulente H5N1.

Les analyses effectuées sur trois autres canards retrouvés au même endroit ont été négatives.

Comme il n'existe pas d'élevage de poulets dans le périmètre genevois de protection de 3 km de rayon, les mesures se bornent à la surveillance d'une zone de 10 km de rayon. La question de la contamination de la volaille de rente est plus aigüe au bord du lac de Constance.

Canards infectés sur la frontière

Deux canards morts découverts dans les villages allemands d'Öhningen et de Singen ont été testés positifs, sur la frontière jouxtant Stein am Rhein (Schaffhouse). La zone de protection mise en place par l'Allemagne s'étend au territoire helvétique.

Les cantons de Schaffhouse et de Thurgovie ont établi dimanche déjà des périmètres de sécurité de 3 km de rayon, avec des passages de désinfection pour les voitures.

Les déplacements de volailles y sont interdits et le contrôle des exploitations avicoles par les vétérinaire renforcé. Les volailles ne pourront en outre pas être bouchoyées sans autorisation spéciale dans cette zone sensible.

Repérer les cadavres d'oiseaux

Comme à Genève, le territoire dans un rayon de 10 km sera surveillé durant 15 jours afin de repérer d'éventuels autres cadavres d'oiseau. L'OVF et l'Office fédéral de l'environnement (OVEF) demandent aux cantons d'interdire la chasse aux oiseaux pour réduire les risques de transmission à la volaille domestique.

Pas de panique

Hans Wyss rappelle qu'aucun élevage n'a été contaminé et qu'il n'est pas question de mise en quarantaine comme en France. Les détenteurs de volaille doivent cependant faire preuve de la plus grande vigilance, éviter de laisser de la paille de litière ou du fourrage sans protection et prendre les précautions nécessaires avant de pénétrer dans les exploitations.

L'Union suisse des paysans (USP) ne voit pas de raison pour l'instant d'aller au-delà du confinement des volailles déjà en vigueur. Les producteurs, à l'image d'Optigal, soulignent les mesures d'hygiène sévères dans la branche.

Pour Charles Trolliet, président de la Société des vétérinaires suisses, les mesures actuelles suffisent. L'abattage préventif et la vaccination ne sont pas à l'ordre du jour. M. Trolliet ajoute que le message numéro un à faire passer est que le risque pour l'instant est essentiellement économique.

swissinfo et les agences

En bref

- Le virus H5N1 est connu depuis des décennies mais il a été découvert pour la 1re fois sur des humains en 1997 à Hong Kong.

- Ensuite, il s'est répandu dans plusieurs pays d'Asie.

- En 2005, il a touché la Turquie, la Roumanie et la Croatie.

- Début février 2006, il a été localisé en Afrique.

- Ensuite, il a touché 6 pays de l'UE, dont les pays limitrophes de la Suisse.

- En Suisse, les volailles sont confinées depuis le 20 février mais les oiseaux ne sont pas vaccinés pour l'instant, contrairement à la France et aux Pays-Bas.

End of insertion

Faits

Jusqu'à maintenant, environ 170 personnes ont contracté le virus, et plus de 90 en sont mortes.
La transmission de l'homme à l'homme n'a pas encore été constatée.
Les scientifiques craignent que le virus puisse muter, permettant ainsi cette transmission et, donc, une pandémie.
Outre le site Internet de l'OVF, deux lignes téléphoniques d'information ont été mises à disposition du public: 0041 (0)31 322 21 00 et 0041 (0)31 322 21 99.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?