Navigation

La contre-offensive de Biogen

Après l'homologation du Rebif de Serono, Biogen contre-attaque. Enjeu: le contrôle du marché américain des traitements contre la sclérose en plaques.

Ce contenu a été publié le 09 mars 2002 - 18:08

Biogen a l'intention de défendre avec vigueur son quasi-monopole aux Etats-Unis sur le marché des traitements de la sclérose en plaques. Pour cette contre-offensive, la compagnie pharmaceutique, dont le siège est à Cambridge, dans le Massachusetts, a choisi deux armes: le marketing et l'introduction d'un nouveau médicament.

Avant l'homologation du Rebif du groupe suisse Serono, Biogen avait fixé, pour cette année, à 200 millions de dollars le budget consacré au marketing de son médicament, l'Avonex. Désormais, James Mullen, le PDG de la firme américaine, annonce une augmentation du budget marketing.

Le PDG ne fournit pas de chiffre. Il souligne que le montant du budget sera établi en fonction de la campagne de promotion que le groupe suisse s'apprête à lancer aux Etats-Unis dans les prochains jours.

Un nouveau traitement

A plus long terme, Biogen va tenter de contrer l'arrivée du Rebif sur le marché américain, en accélérant la mise au point et la commercialisation d'une nouvelle génération de traitements de la sclérose en plaques.

Biogen travaille notamment sur l'Antegren, un médicament dont les expérimentations cliniques devraient être achevées d'ici la fin 2003, ce qui pourrait permettre à la FDA de l'homologuer en 2004.

«Si l'Antegren s'avère apporter un bienfait sans précédent pour les malades, il pourrait balayer la concurrence», estime Jennifer Chao, analyste du marché pharmaceutique américain au sein du cabinet Leerink Swann & Co.

L'avis des experts

Pour le moment, l'objectif déclaré de Serono est de conquérir 25% du marché américain des traitements de la sclérose en plaques, un marché qui pèse près d'un milliard et demi de dollars. Cependant, les experts américains ne sont pas optimistes quant aux chances de Serono de remplir cet objectif.

Certes l'étude qui a conduit la FDA (l'instance américaine de réglementation) à homologuer le Rebif indique une plus grande efficacité du médicament de Serono par rapport à l'Avonex. Mais cette étude ne porte que sur six mois d'observation, relèvent les experts.

Ils ajoutent que le Rebif est moins pratique que l'Avonex. Le médicament du groupe suisse exige en effet trois injections par semaine, alors que celui de Biogen est administré en une seule injection hebdomadaire.

«La plupart des médecins traitants voudront voir les résultats d'une étude prolongée des effets du Rebif, avant de le prescrire à leurs patients», déclare ainsi Jennifer Chao. «L'étude montre que c'est un médicament très intéressant, mais je ne crois pas que beaucoup de médecins abandonneront l'Avonex en faveur du Rebif», ajoute Stuart Cook, président de la Faculté de Médecine du New Jersey, qui siège aussi au conseil d'administration de la Société Nationale des Malades de la Sclérose en Plaques.

Néanmoins, l'homologation du Rebif a déjà porté un coup à Biogen sur le plan financier. L'action de la compagnie américaine a chuté vendredi à Wall Street. Et le patron de la firme reconnaît que Biogen va devoir réviser ses projections à la baisse pour l'année 2003. Les projections existantes étaient fondées sur le maintien du monopole de l'Avonex et sur une progression des ventes située entre 15 et 18% sur le marché américain.

swissinfo/Marie-Christine Bonzon, Washington

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?