Navigation

L’UER a 50 ans: une belle histoire, de grands défis

L’UER, l’Union européenne de radio-télévision, est née le 12 février 1950. A Genève, dans son quartier général, elle coordonne en permanence les échanges d’images des journaux TV de toute l’Europe. A l’heure de l’internet, ses ambitions sont à la hausse.

Ce contenu a été publié le 10 février 2000 - 18:44

L’UER, l’Union européenne de radio-télévision, est née le 12 février 1950. A Genève, dans son quartier général, elle coordonne en permanence les échanges d’images des journaux TV de toute l’Europe. A l’heure de l’internet, ses ambitions sont à la hausse.

Devinette: quelle fut la première retransmission en «Eurovision»? Réponse: la Fête des Narcisses à Montreux, en Suisse, en juin 1954. L’UER existait déjà depuis quatre ans. C’est dire que les précurseurs de la télévision avaient vu bien à temps les défis qui les attendaient. Aujourd’hui, l’Eurovision utilise jusqu’à 30 canaux satellite. Chaque jour, elle coordonne une douzaine d’échanges d’images entre ses 69 membres. L’an dernier, elle a géré plus de 100'000 transmissions TV. Sans oublier les échanges radio de toutes sortes, du sport aux concerts d’opéra.

L’importance de l’UER n’a cessé de croître au point d’en faire la plus grande association de radiodiffusion au monde. Mais, dit son président, l’Allemand Albert Scharf, «une plus grande quantité ne signifie pas une meilleure qualité» et son rôle, qui est de «servir tous les citoyens d’Europe», va continuer de grandir parallèlement à l’élargissement du marché des médias.

Et que peut donc faire l’UER pour promouvoir la qualité des productions radio-TV? D’abord favoriser les échanges d’idées et les rencontres entre créateurs. Mais aussi, plus directement, soutenir certaines coproductions, par exemple dans le domaine des émissions pour enfants qui manquent traditionnellement de ressources. Une série comme «Les Animaux du Bois de Quat’Sous» a ainsi connu un immense succès.

L’UER a-t-elle peur d’internet? Non, répond son secrétaire général, le Suisse Jean-Bernard Münch: «Cela ne va remplacer ni la radio ni la télévision, ne serait-ce que parce que chaque individu a besoin de faire confiance à quelqu’un qui lui résume ce qui se passe dans le monde». Donc, convergence plutôt que concurrence. La preuve, dit-on, c’est que les sites web des radiodiffuseurs sont souvent classés parmi les meilleurs.

Enfin, on ne peut pas parler de l’UER sans évoquer les fabuleux contrats de retransmissions qu’elle négocie avec les organisateurs des grands rendez-vous sportifs. De ce point de vue, l’an 2000, les Jeux de Sydney et l’Euro de football annoncent déjà de belles récoltes. Le chiffre d’affaires de l’UER devrait dépasser le milliard de francs suisses.

Bernard Weissbrodt

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?