Navigation

L'infirmier de la mort risque 17 ans de prison

Devant la Cour criminelle lucernoise, l'infirmier a confirmé les aveux passés durant l'enquête de police. Keystone

Le procureur du Tribunal criminel de Lucerne a requis 17 ans de réclusion contre l'infirmier accusé d’avoir tué au moins 24 personnes âgées.

Ce contenu a été publié le 21 janvier 2005 - 15:41

A l’issue des plaidoiries, la défense a laissé aux juges le soin de déterminer la peine. Ils donneront leur verdict début février.

Le procès de l’infirmier, surnommé «l’ange de la mort», s'est ouvert vendredi à Emmenbrücke (LU). Les victimes sont 23 femmes et quatre hommes âgés de 66 à 95 ans, patients de homes à Lucerne, Sarnen (OW) et Küssnacht am Rigi (SZ).

L'infirmier leur a ôté la vie soit en leur administrant des calmants, soit en les étouffant en leur recouvrant la tête d'un sac en plastique ou d'un tissu. L'homme avait été arrêté en 2001 après une série de décès dans le home Eichhof à Lucerne.

Aveux complets

Devant la Cour criminelle lucernoise, l'infirmier de 36 ans a confirmé les aveux passés durant l'enquête de police. Il a rappelé la lourde charge supportée par l'équipe soignante et le surmenage dont il a souffert dans son travail.

L'homme a affirmé avoir agi par pitié, compassion, empathie et pour soulager les personnes concernées, toutes atteintes physiquement et psychiquement.

Gravité des faits

Pour sa part, le procureur a esquissé l'image d'un homme raté qui avait de la peine à remplir les exigences d'un métier d'infirmier, avant de rappeler la gravité des faits.

Il aurait tué cinq patients parce qu'il ne les supportait plus, ce qui lui vaut l'accusation d'assassinat. Il lui est aussi reproché 19 meurtres et trois tentatives de meurtres. Dans ces trois derniers cas, le lien entre son intervention et le décès n'a pas pu être déterminé avec certitude.

En tant qu'infirmier, l'homme a manqué sans mesure à ses devoirs et il a tué des personnes qui voulaient encore vivre. Le procureur a cependant renoncé à plaider la réclusion à vie parce que l'accusé a avoué tous les crimes commis.

Profonds remords

De son côté, la défense a contesté les accusations d'assassinat, estimant que les faits ne montraient pas un mépris grave de la vie humaine.

L’avocat a demandé de ne retenir à l'encontre de son client que 22 meurtres et un délit manqué. Il conteste en effet toute culpabilité dans quatre des cas concernés et rejette les prétentions civiles d'un montant de plus de un million et demi de francs.

L'avocat de la défense a encore souligné que si l'infirmier s'était tu, il n'aurait dû répondre que du dernier cas devant la justice. En outre, il a exprimé de profonds remords, ainsi que sa bonne foi.

Le jugement est attendu pour le 2 février.

swissinfo et les agences

Faits

Agé de 36 ans, l’infirmier est accusé de 24 meurtres et de trois tentatives de meurtre.
Ces crimes ont été commis sur une période de sept ans.
L’homme a été arrêté en juin 2001.
Le jugement est attendu le 2 février.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?