Navigation

L'armée suisse pose un pied à Sumatra

Les trois Super Pumas helvétiques quittent lundi la Suisse pour l'Indonésie. DDPS

Un premier détachement dépêché par Berne est arrivé dimanche à Medan pour y préparer l'arrivée des Super Pumas sollicités par le HCR.

Ce contenu a été publié le 09 janvier 2005 - 16:45

Durant le week-end, le nombre de Suisses manquant à l’appel après les tsunamis est passé de 400 à 330.

Le bilan des victimes suisses après les tsunamis d’Asie du Sud continue à être revu à la baisse par les autorités. Les Suisses recherchés sont aujourd’hui au nombre de 330. Dont 95 officiellement portés disparus.

A ce stade, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a toujours connaissance de 23 Helvètes ayant perdu la vie dans le drame du 26 décembre.

Les autorités suisses poursuivent leurs recherches. Elles ont demandé aux trois opérateurs de téléphonie mobile Swisscom, Orange et Sunrise de s’approcher de leurs homologues actifs en Thaïlande. Objectif: obtenir les données de connexion de milliers de cellulaires suisses utilisés sur place.

Au total, le dernier bilan des tsunamis fait état de 156'060 morts. Les pays les plus touchés demeurent l’Indonésie (104'055), le Sri Lanka (30'718) et l’Inde (15'636).

Neuf hommes sur place

Sur le terrain, le détachement militaire helvétique arrivé dimanche à Sumatra est composée de neuf personnes, indique le porte-parole du Département fédéral de la défense (DDPS).

Felix Endrich précise que le personnel présent comprend des mécaniciens, des officiers de renseignements, ainsi que des spécialistes des transmissions, de la sécurité et de la logistique.

Leur mission est de définir où sera établie la base des hélicoptères et de nouer des contacts avec des partenaires sur place.

Les trois Super Pumas doivent quitter la Suisse lundi pour le nord de l'île de Sumatra, particulièrement touché par les raz-de-marée.

Comme l’a promis le gouvernement (Conseil fédéral) au Haut Commissariat de l'ONU pour les réfugiés (UNHCR), la Suisse enverra aussi une cinquantaine de militaires, des équipages pour les appareils, du personnel au sol, ainsi que des responsables de la sécurité.

Selon les chiffres fournis par le DDPS, cette initiative coûtera entre deux et trois millions de francs. Il s’agit du premier véritable engagement en matière humanitaire de la nouvelle Armée XXI, précise le chef de l'armée Christophe Keckeis.

Village thaï bientôt choisi

Autre promesse helvétique: celle de reconstruire un village thaï. La Suisse n'a pas encore choisi le village concerné. Mais une décision devrait tomber en début de semaine.

Le montant total de la facture devrait atteindre les cinq millions de francs, dont près de la moitié sera payée par la Confédération.

«Il y a urgence, les gens ici ont besoin d'une aide rapide», estime Jean-Michel Jordan, coordinateur de la Direction du développement et de la coopération (DDC) en Asie du Sud.

En mission sur place, Jean-Michel Jordan recherche, entre Phuket et Kao Lak, un village de moyenne importance qui a subi des dégâts très importants lors de la catastrophe et qui ne vive pas essentiellement du tourisme.

Selon le porte-parole de la DDC, Thomas Jenatsch, les habitants seront impliqués dans le processus de reconstruction. En aucun cas, la Suisse n'envisage de reconstruire un village-modèle aux standards helvétiques.

Ce faisant, la DDC répond à certaines réserves émises par des ONG suisses et relayées ces derniers jours par plusieurs médias.

Excuses diplomatiques

La prise en charge des citoyens suisses durant les heures après la catastrophe continue également à susciter des discussions.

L'ambassadeur de Suisse en Thaïlande s'est ainsi excusé samedi auprès des touristes helvétiques présents à Phuket et qui n'ont pas rencontré d'interlocuteur officiel le lendemain de la catastrophe.

«Cette critique est justifiée et j'aimerais pour cela présenter mes excuses aux personnes concernées», a déclaré Hans-Peter Erismann sur les ondes de la radio suisse alémanique DRS.

Cela étant, le personnel diplomatique - tant à Phuket qu'à Bangkok - a de manière générale oeuvré «de manière fantastique», estime Hans-Peter Erismann.

swissinfo et les agences

Faits

Le séisme du 26 décembre à proximité de l’île de Sumatra a atteint une magnitude de 9 sur l’échelle ouverte de Richter.
Le dernier bilan fait état de plus de 156'000 morts.
330 Suisses sont actuellement recherchés.
Et 118 sont officiellement reconnus décédés. Dont seulement 23 ont été clairement identifiés.

End of insertion

En bref

- La Direction du développement et de la coopération (DDC) a entamé samedi un projet de reconstruction du système d'approvisionnement en eau potable à Banda Aceh.

- La Croix-Rouge suisse (CRS) annonce une intensification de ses opérations d'aide d'urgence en faveur des victimes en Indonésie, au Sri Lanka et en Inde. Son engagement va passer de 1 à 2,5 millions de francs.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?