Navigation

L'aide suisse aux victimes de Katrina en rade

Dans les régions touchées par le cyclone, les secours peinent encore à se mettre en place (photo AP) Keystone

La Suisse attend toujours le feu vert des Américains pour pouvoir acheminer son aide aux régions du Sud des Etats-Unis frappées par le cyclone Katrina.

Ce contenu a été publié le 09 septembre 2005 - 16:07

Berne et Washington parlent de problèmes logistiques. Membre de la direction des HEI à Genève, l'Américain Daniel Warner accuse la bureaucratie de son pays.

Prête depuis lundi déjà, l'aide préparée par la Suisse à l'attention des états du sud des Etats-Unis - principalement des couvertures, des bâches, des tentes et des sets de produits hygiéniques – n'est toujours pas partie.

Les deux spécialistes de la logistique qui doivent accompagner ce matériel pour coordonner sa distribution sont, eux aussi, bient entendu encore à Berne.

Par ailleurs, à la demande de l'Organisation mondiale de la santé, la Suisse prévoit également d'envoyer sur place quatre médecins et deux spécialistes de l'eau.

«Nous attendons toujours l'accord des autorités américaines, confirme Andreas Stauffer. Les choses ont été mises 'en stand-by' sur ordre de la Fema, l'agence fédérale de gestion de crises.»

Selon le porte-parole de la Direction du développement et de la coopération (DDC), les pays européens envoient du matériel et des spécialistes en fonction d'une liste préétablie. Et ce sont les Etats-Unis qui gèrent la réception par ordre d'importance.

«Si vous devez résoudre des problèmes logistiques de cette ampleur, poursuit Andreas Stauffer, vous devez vous fixer des priorités.»

L'aide suisse serait-elle trop modeste pour intéresser les Américains? «Je ne pense pas, répond le porte-parole de la DDC. Elle correspond à ce que nous pouvons livrer à temps et au bon endroit.»

Cela dit, pour l'instant, le lieu de destination exact de l'aide helvétique n'est toujours pas clairement établi. Il n'y a donc pas raison d'envoyer du matériel dont les autorités américaines ne peuvent assurer la logistique.

«Pour les Américains, il n'est pas question de constituer des stocks, conclut Andreas Stauffer. Et cela correspond également tout à fait à notre philosophie.»

Les carences de l'aide en cas de catastrophe

Selon quelques journaux américains, l'arrivée de l'aide internationale est ralentie par la bureaucratie. Ils accusent l'Agence fédérale de gestion des crises (Fema) et le Département d'Etat d'être à l'origine de nombreux obstacles.

Cette opinion est d'ailleurs partagée par Daniel Warner, citoyen américain et adjoint du directeur de l'Institut des hautes études internationales de Genève (HEI).

«Les Américains sont très mal organisés et il y a plusieurs raisons à cela, dit-il. Le président Geroge Bush n'a pas mis de personnes compétentes à la tête de la FEMA. Ni Mike Brown(tout juste déchargé du dossier), ni les autres membres de la direction n'ont l'expérience nécessaire.»

A cela, Daniel Warner ajoute le fait que les Etats-Unis sont totalement obsédés par la lutte contre le terrorisme.

Il n'existe pas de structure efficace pour l'aide en cas de catastrophe. La majeure partie des gardes nationaux est actuellement en Irak, tout comme une grande partie du matériel nécessaire.

«La Confusion la plus totale règne entre les diverses autorités supposées agir, s'emporte encore le directeur adjoint de HEI. Tout est bloqué et le nombre de morts ne cesse d'augmenter car personne n'est capable d'organiser les secours et de résoudre les problèmes. Personne n'est responsable.»

Pour Daniel Warner, il ne fait aucun doute que des paramètres racistes sont également à prendre en compte pour expliquer la lenteur des secours.

«Les images TV sont formelles, conclut-il, les blancs ont pu partir à temps alors que les noirs sont restés sur place.»

swissinfo et les agences

En bref

- Près de 60 pays (dont 23 européens) ont offert leur aide aux Etats-Unis après les ravages causés par l'ouragan Katrina.

- L'aide de la Suisse (50 tonnes) se compose de principalement de couvertures, de bâches en plastique, de tentes et de sets de produits hygiéniques.

- Huit experts suisses (logistique, médecine et eau) sont également prêts à partir pour les USA.

- Sur place, plus d'un million de personnes ont été évacuées de leur domicile et le nombre de morts ne cesse d'augmenter.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?