Navigation

Joseph Deiss à Moscou pour promouvoir la paix au Proche-Orient

Le ministre suisse des Affaires étrangères participe aujourd'hui et demain à Moscou à une conférence ministérielle qui s’inscrit dans le cadre du processus de paix au Proche-Orient. La Suisse y joue un rôle dans ce qui touche à la «dimension humaine».

Ce contenu a été publié le 31 janvier 2000 - 11:10

Le ministre suisse des Affaires étrangères, Joseph Deiss (à droite sur la photo), participe aujourd'hui et demain à Moscou à une conférence ministérielle qui s’inscrit dans le cadre du processus de paix au Proche-Orient. La Suisse y joue un rôle dans ce qui touche à la «dimension humaine».

Les droits civils, politiques, sociaux, économiques et culturels ainsi que la compréhension entre les différentes cultures, tout cela relève de la «dimension humaine». Un domaine de prédilection pour la Suisse, pays multiculturel, qui s’est engagé depuis des décennies, dans le cadre de la Conférence sur la sécurité et la coopération en Europe en particulier, pour l’inscription à l’agenda et le développement de la dimension humaine, précisément. Berne avait d’ailleurs été, à l’époque, le théâtre d’une réunion d’experts de la CSCE consacrée aux contacts humains.

S’agissant du Proche-Orient également, la Suisse s’est engagée pour la promotion de la paix. Pierre Aubert, ministre des Affaires étrangères dans les années 80, avait multiplié les contacts dans la région et la Suisse avait abrité plusieurs conférences relatives au Proche-Orient. Les choses ont toutefois changé par la suite et on sait le rôle joué par la Norvège dans l’amorce du processus de paix au Proche-Orient. La Suisse n’a cependant jamais cessé de mettre en valeur sa disponibilité et ses bons offices. Et c’est ainsi qu’elle s’est vu attribuer, il y a cinq ans, un mandat spécial pour le dossier dimension humaine et la promotion des droits de l’homme dans le processus multilatéral pour la paix au Proche-Orient.

La Conférence ministérielle de Moscou vise à redonner un rôle à la Russie, à travers une réactivation du processus multilatéral, au lendemain des récentes négociations israélo-palestiniennes et israélo-syriennes sous l’égide du président américain Bill Clinton.

Pierre-André Tschanz

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?