Navigation

Homicides par négligence au Gothard

Les carcasses calcinées des véhicules ne seront pas évacuées avant lundi Keystone

Il faudra plusieurs mois pour boucler le dossier sur l'accident du Gothard. Mais le procureur chargé de l'enquête parle déjà d'homicide par négligence et de lésions corporelles multiples.

Ce contenu a été publié le 26 octobre 2001 - 19:10

Le procureur tessinois Antonio Perugini a interrogé vendredi un important témoin. Il s'agit en l'occurrence d'un camionneur luxembourgeois qui circulait derrière l'un des deux camions impliqués dans la collision.

De leur côté, après l'extinction de l'incendie qui faisait rage depuis mercredi matin, les équipes d'intervention ont pu commencer à stabiliser la voûte du tunnel afin de pouvoir parvenir sur les lieux de l'accident.

Flanqués de spécialistes des polices scientifiques de Zurich et de Lausanne, les secouristes tessinois ont enfin pu s'approcher à 50 mètres du lieu du désastre. Et ils n'ont pas trouvé d'autres victimes. Du moins pour l'heure.

Dix hommes et une femme

Le bilan - toujours provisoire - porte donc à onze le nombre de morts, une femme et dix hommes. Parmi eux, le chauffeur de l'un des camions et un Américain du sud qui vivait en Italie. C'est le seul qui n'a pas encore pu être extrait des décombres.

Sur les dix corps conduits à la morgue du cimetière de Bellinzone, huit ont pu être identifiés. Contrairement à ce qui avait été annoncé jeudi, aucun Luxembourgeois ne figure parmi les victimes. Il est établi que seuls 23 véhicules traversaient le tunnel au moment des faits.

Les personnes qui ont péri dans le désastre sont un Bernois de 35 ans, un camionneur italien de 38 ans qui travaillait pour une entreprise tessinoise, quatre Allemands et deux Français. En revanche, parmi les rescapés, figure un Luxembourgeois. Il s'agit d'un camionneur qui suivait l'un des deux poids lourds impliqués dans la collision.

Un témoignage important

L'homme est parvenu à quitter son véhicule et à sortir du tunnel. Mais il s'est présenté vendredi seulement à la police. Dans son témoignage, il dit qu'il a réussi à atteindre la voie de secours grâce aux lumières de sécurité qui se sont allumées après que l'installation électrique du tunnel eut cédé.

Le chauffeur luxembourgeois raconte qu'il a vu d'autres personnes s'enfuir en même temps que lui. Mais qu'il ne sait pas si elles sont parvenues à atteindre la sortie. Pour le procureur Antonio Perugini ce témoignage est «très important». Il pourrait même être «fondamental pour l'enquête».

Ouverture d'une enquête pénale

Le magistrat souligne que l'enquête sera très longue et que les responsabilités pénales et civiles seront difficiles à déterminer. «J'ai ouvert une procédure pénale, pour le moment contre inconnus, pour homicides multiples par négligence et lésions corporelles», indique le magistrat.

Et d'ajouter: «je dois maintenant attendre les conclusions des experts des polices scientifiques chargés des vérifications techniques sur place pour aller de l'avant.»

Le seul témoignage du conducteur du camion transportant des pneus et des bâches ne suffit pas pour l'heure. Celui-ci, un Italien de 33 ans résidant au Piémont, affirme que son poids lourd a été embouti par le camion qui arrivait en face et qu'il s'est mis à zigzaguer.

Le chauffeur italien est sorti de son engin par la fenêtre. Et son intervention rapide - avant que le camion ne prenne feu - a sauvé la vie à des dizaines de personnes.

Gemma d'Urso, Lugano

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?