Navigation

Hausse des primes des assurances maladies: l´année 2001 sera douloureuse

Les primes de l´assurance maladie augmenteront en moyenne de 5,5 pour cent l´an prochain. Il s´agit de la plus forte hausse depuis 1997. Face aux coûts croissants de la santé, la conseillère fédérale Ruth Dreifuss propose quelques pistes de réflexion.

Ce contenu a été publié le 06 octobre 2000 - 16:52

En moyenne nationale, un adulte devra payer 223,30 francs par mois pour son assurance de base sans franchise à option. Mais les différences cantonales sont énormes. La prime cantonale moyenne la plus basse sera de 145,20 francs (Appenzell Rhodes-intérieures) et la plus haute de 336,50 francs (Genève).

Ces hausses des primes s'expliquent par un accroissement des coûts particulièrement marqué dans le domaine des traitements ambulatoires effectués dans les cabinets privés ou en hôpital.

Elles s'expliquent aussi par la hausse du coût des médicaments (5,5 pour cent), «un domaine de grand souci», selon les mots de Ruth Dreifuss, responsable du Département fédéral de l'intérieur.

Pour enrayer cette hausse constante des coûts, Ruth Dreifuss a invité tous les acteurs de la santé à une table ronde. Son but: étudier des mesures concrètes pour faire baisser la facture.

Plusieurs pistes sont possibles. Il s'agirait en premier lieu de limiter le nombre de nouveaux médecins et d'introduire une clause du besoin pendant trois ans. Il semble en effet qu'un plus grand nombre de cabinets entraîne un plus grand nombre de consultations.

A plus long terme, il serait également souhaitable d'introduire un carnet de santé ou une carte électronique pour le suivi des malades. Ainsi, l'information serait meilleure et l'on éviterait de faire plusieurs fois les mêmes examens. Autre idée: que l'avis d'un second médecin soit sollicité avant des traitements lourds et onéreux.

Concernant le problème du prix des médicaments, un nouveau modèle de rémunération s'appliquant lors de la remise de médicaments entrera en vigueur le 1er janvier.

Avec ce modèle, la marge en pour cent dont bénéficient le pharmacien ou le médecin qui dispensent les médicaments est nettement réduite. Du coup, le système permet de rompre le mécanisme qui récompense la remise de remèdes particulièrement nombreux et chers.

De son côté, le Concordat des assureurs maladie suisses a aussi sa solution pour baisser les coûts de la santé. Il estime qu'ils sont provoqués par le fait que chaque médecin peut facturer à la charge de l'assurance de base. Pour le CAMS, il est donc urgent de libérer les assureurs de l'obligation de contracter avec chaque médecin.

Olivier Pauchard

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?