Navigation

Gustav-TSR

Les premiers vents ont soufflé sur la Louisiane lundi matin. Keystone

De forts vents et des pluies accompagnant l'ouragan Gustav ont commencé à frapper la côte américaine du Golfe du Mexique lundi, trois ans après le passage de Katrina en 2005. Deux millions de personnes ont quitté la Louisiane.

Ce contenu a été publié le 01 septembre 2008 - 12:56

"La périphérie de la tempête est déjà au-dessus du Delta du Mississipi et progresse à présent vers La Nouvelle-Orléans, selon le radar", a déclaré une météorologiste du Centre national des ouragans (NHC), Patricia Wallace. Notre envoyé spécial s'est rendu à Canal Street, l'artère principale de la Nouvelle-Orléans, les images rendent compte d'une ville déjà quasi-déserte (voir le blog de Sébastien Faure).

A 3h00 GMT, l'oeil du cyclone a été localisé à 360 km au sud-est de La Nouvelle-Orléans et se déplaçait vers le nord-ouest à 26 km/h. L'oeil du cyclone n'était pas attendu sur la côte avant lundi après-midi.

Renforcement prévu

Cependant, l'ouragan tourbillonnait sur une large surface, avec des vents de la force d'une tempête tropicale s'étendant sur 350 km autour de l'oeil, selon le NHC. Gustav reste pour l'heure un ouragan de catégorie 3 (sur une échelle de 5), faisant souffler des vents de 185 km/h.

Les spécialistes prévoient un léger renforcement avant son passage sur la côte, mais s'attendent à ce qu'il demeure en catégorie 3 pour le reste de son itinéraire au-dessus du Golfe du Mexique.

De premières informations ont commencé à circuler sur des coupures d'électricité dans certaines parties est de la Nouvelle-Orléans.

Une ville fantôme

Près de deux millions de personnes ont fui l'Etat de Louisiane avant l'arrivée de l'ouragan, dans ce qui est décrit comme la plus vaste évacuation de l'histoire américaine, et les installations pétrolières de la région ont été fermées.

Une marée de voitures fuyant la ville avait envahi dimanche les autoroutes et les gares et gares routières étaient prises d'assaut.

La Nouvelle-Orléans était dimanche une "ville-fantôme", selon son maire Ray Nagin, qui a estimé qu'à peine 10'000 d'habitants n'avaient pas évacué. Les secours civils et militaires étaient sur le pied de guerre et la coordination entre autorités locales et fédérales, qui avait fait cruellement défaut en 2005, s'intensifiait.

Les leçons de Katrina

Ray Nagin a ordonné l'évacuation totale de la population face à la menace de la "tempête du siècle" et d'une catastrophe pire que celle provoquée par Katrina. Quelque 1800 personnes avaient alors péri en Louisiane et dans les Etats voisins et une grande partie de La Nouvelle-Orléans avait été ensevelie sous les eaux.

Le maire a également décrété dimanche un couvre-feu et a averti les pillards qu'ils iraient "directement" en prison. Une armée de 2000 gardes nationaux prêtait main forte à la police locale dans les sept districts de la région.

S'il se renforçait en ouragan de catégorie 4, Gustav pourrait provoquer une montée des eaux qui submergerait une nouvelle fois La Nouvelle-Orléans, en cas de renforcement, a averti dimanche une société de consultants en gestion des risques liés aux catastrophes naturelles.

afp/sbo

Quand Gustav s'invite à la présidentielle

La plupart des travaux de la Convention républicaine devant commencer lundi à St-Paul (Minnesota, nord) pour introniser John McCain comme candidat à la Maison Blanche devaient être suspendus lundi, à cause de l'ouragan.

Le président George W. Bush ne se rendra pas à la Convention républicaine. Il ira en revanche lundi au Texas pour superviser la coordination des opérations de secours. La mauvaise gestion de l'administration Bush lors de Katrina avait été une catastrophe politique pour le président.

John McCain s'est lui rendu dans le Mississippi dimanche pour vérifier les préparatifs.

Son rival démocrate Barack Obama s'est dit prêt à "activer une liste de deux millions de personnes" par courrier électronique pour trouver des volontaires et offrir des dons.

Lors d'un meeting dimanche soir à Battle Creek (Michigan), il a indiqué qu'il avait eu au téléphone le secrétaire à la Sécurité nationale, Michael Chertoff, et constaté que "quelques leçons ont été tirées" après Katrina.

End of insertion

Premières victimes

Gustav aurait fait ses premiers morts en Louisiane dimanche, trois patients dans un état critique étant décédés durant leur évacuation de l'hôpital, selon le gouverneur de Louisiane, citant des informations "non confirmées".

L'ouragan a laissé derrière lui jusqu'à présent au moins 66 morts et dix disparus en Haïti, 7 en Jamaïque (où le bilan était auparavant de 11 morts) et 8 en République dominicaine.

Seuls des blessés sont pour l'instant dénombrés à Cuba, mais l'ouest de l'île, balayé samedi par des rafales de 340km/h, a subi des dégâts considérables: toits arrachés, maisons effondrées, électricité coupée.

End of insertion

ffb

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?