Navigation

Gouvernement suisse et BNS renflouent UBS

Keystone

Le gouvernement est sorti jeudi de son mutisme pour dévoiler tout un ensemble de mesures visant à stabiliser le système bancaire suisse. La Confédération et la Banque nationale suisse (BNS) volent au secours d'UBS tandis que Credit Suisse doit augmenter ses fonds propres.

Ce contenu a été publié le 16 octobre 2008 - 08:23

La Confédération décharge le bilan du numéro un bancaire helvétique d'actifs illiquides pour un montant maximal de 60 milliards de dollars. Ces éléments seront transférés dans une société ad hoc, entièrement contrôlée par la Banque nationale suisse (BNS).

Ce fond séparé sera financé par UBS à hauteur de 6 milliards de dollars et par un prêt octroyé par la BNS de 54 milliards de dollars au maximum, écrivent le Département fédéral des finances jeudi et la BNS dans deux communiqués séparés.

«Dans cette phase de turbulences des marchés nous voulons prendre toutes les mesures qui s'imposent pour protéger la solidité de notre banque. Nous prenons des mesures pragmatiques pour éliminer les risques liés à des positions acquises dans le passé», explique Peter Kurer patron d'UBS.

Par ailleurs, pour renflouer les fonds propres du numéro un helvétique à un niveau suffisant, la Confédération souscrit à un emprunt à conversion obligatoire d'un montant de 6 milliards de francs. Après la conversion, la Confédération détiendra près de 9,3% du capital.

Le crédit nécessaire a été ouvert avec l'accord de la Délégation des finances et sera soumis ultérieurement à l'approbation des Chambres fédérales, indique le DFF.

Augmentation de capital du CS

De son côté, Credit Suisse, qui a jusque-là traversé la crise sans devoir recourir à une augmentation de capital, doit à son tour s'y soumettre.

En accord avec la Commission fédérale des banques, l'établissement devra augmenter sa base de fonds propres d'environ 10 milliards de francs, selon le communiqué de la banque.

L'augmentation de capital des deux grandes banques est un pas important dans la direction de ce nouveau durcissement des conditions en matière de fonds propres, écrit le DFF.

Protection de l'épargne

De plus, les épargnants, dont les dépôts étaient garantis jusque-là à hauteur de 30'000 francs maximum, doivent être mieux protégés. Le gouvernement veut une «augmentation adéquate», mais ne précise pas à quel niveau. Il soumettra un message au Parlement en ce sens durant la session d'hiver.

Actuellement, avec 30'000 francs, la garantie des dépôts est nettement inférieure à celle d'autres pays. La Commission européenne a par exemple proposé d'augmenter cette garantie de 20'000 à 100'000 euros.

swissinfo avec les agences

Les investisseurs restent inquiets

L'annonce du gouvernement suisse n'a pas eu grand effet sur les investisseurs. En bourse, les titres des deux géants bancaires helvétiques n'ont guère varié.

A 09h30, le titre UBS se situait à 20,28 francs, alors qu'il était de 20,08 francs lors de la clôture de mercredi.

Le titre de Credit Suisse était de 44,20 francs contre 45,90 francs à la clôture précédente.

Comme mercredi, la bourse suisse semble s'acheminer vers une journée négative. Malgré les mesures prises par les gouvernements européens et américain pour soutenir les marchés, les investisseurs restent sous pression en raison des craintes de récession.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?