Navigation

Glissement de terrain à Grindelwald: le fait du destin

Les victimes ont été emportées alors qu'elles traversaient le ruisseau. Keystone

La coulée de boue qui a tué trois personnes, dimanche à Grindelwald, est due à la fatalité, c'est la conclusion des sauveteurs comme des autorités. Au lendemain du drame, cinq proches des victimes américaines sont arrivés dans la station.

Ce contenu a été publié le 07 août 2000 - 20:13

Selon les spécialistes, le chemin pédestre qui a coûté la vie à deux randonneurs américains et à un guide suisse de la région, n'est pas exempt de dangers. Toutefois, aucun accident ne s'est jamais produit sur le tronçon qui relie la station de Grindelwald à la Grande Scheidegg et qui, les jours de beau temps, est généralement emprunté par plus de 1000 personnes.

La responsabilité de la réparation et de l'entretien des chemins de randonnée incombe à la commune de Grindelwald. Une tâche qu'elle remplit en investissant quelques 200 000 francs par année pour ses 270 km de parcours. Ce lundi, le chemin était toujours fermé pour les besoins de l'enquête. Aucune procédure pénale n'a été ouverte.

Pour le maire de Grindelwald il est d'ailleurs inimaginable que la commune ou les guides puissent être tenus responsable de l'accident: «Les randonneurs ont eu une incroyable malchance, a affirmé Godi Bohren. Personne ne pouvait prévoir une telle tragédie.»

Un point de vue partagé par le chef des sauvetages du Club Alpin: «L'accident est dû à 100 pour cent à la fatalité», a décrété Kurt Amacher. «Il n'y avait aucune chance de retrouver les trois accidentés en vie», a-t-il ajouté. Selon lui, les deux touristes américains, un père et son fils, ainsi que le guide de Grindelwald ont probablement été assommés et noyés.

Au total, cinq personnes ont été emportées par la coulée de boue qui a fait gonfler les eaux d'un ruisseau. Mais deux personnes ont réussi à en sortir. Les randonneurs faisaient partie d'un groupe de touristes américains qui voyageaient avec un tour opérateur de Boston.

Les 21 survivants du groupe ont été pris en charge lundi matin par un prêtre et un psychologue de la police cantonale. Cinq proches des victimes sont arrivés dans la station où est prévue une cérémonie de recueillement.

swissinfo avec les agences





Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?