Navigation

Federer vise la passe de quatre en Australie

Le Suisse va transpirer afin de s’offrir un seizième titre en Grand Chelem. Reuters

Le numéro un du tennis mondial Roger Federer compte bien entamer l’année en ajoutant une nouvelle fois l’Open d’Australie à son palmarès, après ses victoires en 2004, 2006 et 2007.

Ce contenu a été publié le 16 janvier 2010 - 12:21

Le magicien suisse de la raquette envisage une 22e finale en Grand Chelem… Elle se déroulera le 31 janvier. Son opposant sera peut-être l’Espagnol Rafael Nadal, qui l’avait battu l’an dernier en cinq sets épiques.

C'est mardi que Roger Federer entrera en lice, avec un premier tour délicat contre le Russe Igor Andreev. Pour le Bâlois, tous les feux sont au vert. «Ma préparation s'est bien déroulée. Je me sens vraiment bien. Sur le plan privé, je suis un père comblé: les jumelles ont parfaitement digéré ce premier voyage en Australie. Il me tarde vraiment d'entamer ce tournoi».

Federer reconnaît que sa fin de saison 2009 ne fut pas vraiment couronnée de succès. «J'ai bien joué à Bâle. Mais j'ai affiché une trop grande passivité en général», juge-t-il.

Agressivité retrouvée

Mais pour Melbourne, il affirme avoir retrouvé toute son agressivité. «Tout le monde bat un peu tout le monde ces derniers temps, poursuit-il. Cela devient très intéressant. Mais je crois que Rafael Nadal et moi conservons une longueur d'avance. Jouer au meilleur des cinq sets nous procure un avantage certain. Je suis heureux de voir que Rafa est en passe de retrouver ses meilleures sensations. J'espère que cela va bien marcher pour nous deux à Melbourne...»

Roger Federer a le mérite de la franchise. S'il devait se hisser en finale, il espère que cela soit contre son «meilleur ennemi». Il estime énormément le Majorquin, mais il n'oublie surtout pas qu'il a une revanche à prendre sur lui à Melbourne après cette incroyable défaite lors de la finale 2009.

Bien que battu lors de ses deux derniers tournois par le No6 mondial Nicolay Davydenko, Federer arrive en Australie dans une situation toute autre que celle de l’an dernier. Et ses fans ont de quoi se montrer optimistes.

Une année «sans», une année «avec»

A l’aune de son palmarès, 2008 fut pour le Suisse une année «sans», au cours de laquelle il n’a remporté qu’un titre du Grand Chelem (US Open). A l’entame du tournoi australien l'an dernier, certains anticipaient déjà «le début de la fin» d’un joueur également aux prises avec une mononucléose et une intoxication alimentaire.

S’ajoutait à cette situation la pression de l’histoire puisqu’il ne lui manquait plus qu’une victoire en Grand Chelem pour égaler le record de quatorze titres détenu par Pete Sampras.

Mais en définitive, 2009 s’est avéré une excellente année pour Federer. Le Suisse a joué les quatre finales de Grand Chelem, pour en gagner deux et détrôner Sampras. Avec, au passage, un titre à Roland-Garros après lequel il courrait depuis toujours.

Federer entame donc 2010 en étant bien installé dans les livres d’histoire du tennis. La question, à ce stade, est donc de savoir s’il va lever le pied.

Absence de pression

«C’est une bonne chose que la pression soit tombée. Federer s’en met suffisamment lui-même, sachant qu’il est décidé à convoiter encore quelques titres majeurs ces prochaines années», explique Simon Graf, spécialiste de tennis au quotidien Tages Anzeiger de Zurich. «Il va se vouer au tennis aussi longtemps qu’il le pourra.»

«Le record de Sampras et la victoire tant escomptée à l’Open de France sont maintenant derrière, ce qui va contribuer à son tennis. Je ne pense pas qu’il n’ait plus faim de victoires. Pour demeurer au top aussi longtemps, il faut être extrêmement discipliné et ambitieux. Il est en réalité plus difficile de rester au top que d’y parvenir», juge Simon Graf.

«[Remporter quinze titres] et Paris étaient de gros objectifs pour lui, mais on a pu voir à Paris que cela lui coûtait. La seconde semaine, après la sortie de Nadal, a sans doute été difficile comme jamais sur le plan psychologique. Je pense qu’il peut donc maintenant jouer relâché.»

Une nouvelle fois favori

La préparation de Federer aurait toutefois pu mieux se passer. Le 8 janvier, il a perdu en demi-finale du tournoi du Qatar 6-4 6-4 contre un Davydenko qui l’avait déjà battu au Master de Londres en novembre.

«Il faut que je diminue mes fautes directes, mais à part ça, j'ai bien bougé et je ne pense pas avoir trop mal joué», indiquait le Suisse au terme du match. Quelques jours plus tard, il décidait de faire l'impasse sur le tournoi-exhibition Kooyong Classic, à un jet de pierre de Melbourne, afin de peaufiner sa préparation pour l'Open australien.

«Federer reste le favori. Il a perdu quelques matches, mais les parties en cinq sets, c’est autre chose. Il est très difficile à battre – il a participé à pas moins de 22 demi-finales de suite! Je serais étonné qu’on assiste à une défaite surprise», confie Simon Graf.

Sur l’importance du tournoi australien pour le reste de la saison, le spécialiste estime que «gagner en Australie est un bon départ pour l’année! Mais aucun des meilleurs joueurs ne devrait être perturbé par une défaite rapide. La saison ne fait que commencer».

«Je pense aussi que pour Federer et probablement la majorité des autres joueurs, les étapes cruciales sont Paris et Wimbledon. Melbourne est assimilable à un très bon bonus!»

Et quatre autres Suisses

Si les regards seront essentiellement tournés vers Federer, quatre autres Suisses participeront à cet open australien: Stanislas Wawrinka (tête de série no 19), Marco Chiudinelli (56e joueur mondial), ainsi que Timea Bacsinszky (51e) et Stefanie Vögele (74e). Patty Schnyder par contre (42e), soumise à un traitement au laser au tendon d'Achille le mois dernier, et n'est pas encore assez en forme et a préféré renoncer.

Les bookmakers, pour leur part, ont fait leurs comptes. Il favorisent légèrement Federer face à Nadal à 3 contre 1 (en misant un franc sur le Suisse et qu’il gagne, le parieur empoche trois francs). Nadal est valorisé à 3,5 contre 1.

Les seuls opposants vraiment sérieux au Suisse et à l’Espagnol sont Juan Martín del Potro, Andy Murray et Novak Djokovic, tous joués à environ 5-1. Davydenko l’est à 9-1 et Wawrinka à 200-1.

Thomas Stephens, swissinfo.ch
(Traduction/adaptation de l’anglais: Pierre-François Besson)

Pour Haïti

Touché par le drame du tremblement de terre survenu à Haïti, Roger Federer a ordonné le rappel des troupes. Sur son initiative, une exhibition sera organisée dimanche à Melbourne, à la veille de l'Open d'Australie, au bénéfice des Haïtiens.

«Nous jouerons des doubles. J'espère que la Rod Laver Arena sera comble. Le public pourra verser des donations à l'entrée du stade, précise le Bâlois. Il est normal que la famille du tennis se mobilise pour une telle cause».

End of insertion

Australie

L’Open d’Australie est dans la saison le premier des quatre tournois du Grand Chelem. Sa première édition remonte à 1905. Il a eu lieu sur herbe jusqu’en 1987, moment où il a déménagé sur la surface en dur du Melbourne Park.

Les deux courts principaux du tournoi sont les Rod Laver Arena et Hisense Arena, dotés de toits rétractables qui peuvent être couverts en cas de pluie ou de chaleur extrême.

En 2009, le tournoi a attiré la plus forte affluence sur un jour dans l’histoire des tournoi du Grand Chelem: 66'018 spectateurs.

En 2010, les vainqueurs empocheront 2 millions de dollars australiens (1,9 million de francs suisses) et les seconds 1 million de dollars australiens.

End of insertion

Roger Federer

Age: 28 ans

Matches: 681 gagnés – 162 perdus

Titres en simple: 61

Titres en Grand Chelem: 15 – Open d’Australie (2004, 2006, 2007), Open de France (2009), Wimbledon (2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009), US Open (2004, 2005, 2006, 2007, 2008)

Sur les sept derniers open d’Australie: victoires en 2007, 2006 et 2004. Elimination en demi-finale en 2005 et au quatrième tour en 2003. Battu par Nadal en finale l’an dernier.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?