Navigation

Federer en finale à Madrid

Federer a dominé Del Potro pour la 5e fois en 5 confrontations. Keystone

Entre Hambourg 2008 et Madrid 2009, il aura fallu exactement une année à Roger Federer (ATP 2) pour se qualifier pour une nouvelle finale d'un Masters 1000. Sur la terre battue espagnole, le Bâlois a évincé 6-3 6-4 l'Argentin Juan Martin Del Potro (ATP 5) et retrouvera en finale un certain Rafael Nadal (ATP 1).

Ce contenu a été publié le 17 mai 2009 - 11:36

Contrairement aux derniers tournois de Rome, Miami et Indian Wells, Federer ne s'est pas décomposé dans sa demi-finale. Il faut dire que, pour une fois, il n'avait pas en face de lui une de ses nouvelles bêtes noires (Murray et Djokovic en l'occurence), mais un adversaire qu'il a à sa botte, comme en témoigne le cinglant 6-3 6- 0 6-0 du dernier Open d'Australie. En cinq rencontres, le no 2 mondial n'a pas perdu un seul set face à Del Potro.

Samedi soir sur le central de la nouvelle «Caja Magica» madrilène, Federer a confirmé son emprise sur l'Argentin de 20 ans. Serein sur son engagement, hormis deux balles de break écartées dans le premier jeu du match, le Bâlois s'est «contenté» de prendre le service de Del Potro à 4-3 dans le premier set, puis à 3-2 dans le second.

Dimanche à 16h, Federer se frottera une 20e fois à Rafael Nadal, celui-là même qui l'avait battu il y a une année en finale à Hambourg. Le Bâlois, qui avait dit avant le tournoi espérer éviter son meilleur ennemi avant Roland Garros, reste sur cinq défaites face au no 1 mondial (6-13 dans l'ensemble des duels). Leurs deux dernières confrontations s'étaient même terminées dans les larmes pour le Suisse, défait en cinq sets à Wimbledon et à l'Open d'Australie.

Federer partira toutefois avec l'avantage de la fraîcheur dans cette finale. Tandis que le Bâlois a mis 1h21 pour éliminer Del Potro, Nadal a dû batailler 4h02 (!) pour se débarrasser du Serbe Novak Djokovic (ATP 4), à l'issue d'une rencontre à couper le souffle et conclue 3-6 7-6 7-6. Toujours derrière au score, l'increvable Majorquin s'est même payé le luxe de sauver trois balles de match dans l'ultime tie-break, disputé dans une ambiance de match de football et bouclé 11-9.

swissinfo.ch et les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?