Navigation

FC Sion a un nouveau patron. Il est Français

Gilbert Kadji empochera deux millions et demi. Deux autres millions iront au club sédunois. Keystone Archive

Après Michel Coencas à Servette, un autre Français devrait s'installer dans un fauteuil de président d'un club de football de Suisse occidentale. Jacky Mouyal remplacera Gilbert Kadji à la tête du FC Sion à partir du 20 septembre. A condition qu'il verse 4,5 millions de francs.

Ce contenu a été publié le 13 septembre 2001 - 20:45

«4 millions et je pars. C'est une réaction d'amour propre. Les déclarations de gestion à l'africaine ou olé-olé m'ont blessé.» Courroucé par l'attitude et le manque de soutien des Valaisans, Gilbert Kadji, en poste depuis le mois de février 1999, tient parole. Il devrait claquer définitivement la porte du club sédunois.

Il représente une société active dans l'audiovisuel

L'entrepreneur africain, qui a fait fortune dans le monde des brasseries, ne devrait plus investir un seul centime en Suisse. Jeudi, à Paris, il a en effet cédé ses pouvoirs à Jacky Mouyal pour la somme de 4,5 millions de francs. Une somme dont le Français doit s'acquitter d'ici au 20 septembre pour la décision soit effective. Deux millions et demi sont destinés au compte courant de Gilbert Kadji et deux autres millions seront investis dans le club.

Le nouveau président virtuel du club valaisan représente la société JM, active dans le monde de l'audiovisuel et de la publicité. Agent de joueur, il gérerait également la carrière de trois champions du monde.

Son objectif en venant s'implanter en Valais est d'insuffler une véritable identité valaisanne à Tourbillon. De fait, Hervé Gorce, ancien directeur administratif et Michel Schmid, ancien directeur sportif, seront réintégrés dans l'encadrement du club s'il la transaction se réalise. Et Pascal Cudry, président de l'association du FC Sion fera partie du comité directeur.

Le départ annoncé de Gilbert Kadji fait suite à de nombreuses affaires qui ont secoué le club valaisan ces dernières semaines. Mais l'an dernier déjà, l'homme d'affaire camerounais annonçait son intention de se retirer.

Depuis le début de la semaine, tout s'est précipité. Lundi, un protocole d'accord a en effet été signé entre les deux hommes à Genève. Mercredi, avant de rencontrer la presse du pays, Gilbert Kadji avait conclu deux accords avec Lausanne et Neuchâtel/Xamax.

Ceux-ci prévoient que des joueurs de la KSA (Kadji Sport Academy) de Douala viennent exercer leur talent dans ces deux équipes du championnat de Suisse. Peut-être la seule et unique raison qui avait poussé le Camerounais à briguer un poste à responsabilité dans le monde du football helvétique.

Dès lors, plus rien ne le retient en Valais. Où une nouvelle ère devrait commencer.

Mathias Froidevaux

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?