Navigation

Expo.02 comme porteuse d'espoir

swissinfo.ch

11.10.2001: Les événements de ces dernières semaines ont fortement ébranlé la Suisse. Mais pour Expo 02, cette crise d'identité pourrait constituer une chance.

Ce contenu a été publié le 13 mai 2002 minutes

Pour l'instant, les Suisses ne pensent pas vraiment à faire la fête. «Les gens sont en souci, ils sentent le côté sombre et inhabituel de la situation, constate le conseiller national et président de l'Expo Franz Steinegger. On a peur, c'est comme si l'on avait perdu ses points de repère et que l'air vienne à nous manquer».

Le 11 septembre, la débâcle de Swissair, la tragédie de Zoug, l'accident dans le tunnel du Gothard ont profondément désorienté les Suisses et les perspectives d'avenir paraissent bien sombres.

Renforcer l'esprit de corps

Tout ceci pourrait contribuer à élever Expo 02 au rang de porteuse d'espoir. «Aujourd'hui, le voeu que nous les Suisses puissions à nouveau réussir quelque chose est prédominant, poursuit Franz Steinegger. Et ce quelque chose pourrait être l'exposition nationale».

Pour le président d'Expo 02, la Suisse a besoin de ce méga-événement, «pour renforcer son esprit de corps et pour se réconcilier avec son présent et son avenir».

Il manque toujours 140 millions

Ce qui vient de se passer dans les dernières semaines n'en a pas moins laissé des traces sur la préparation de l'Expo. «Les événements nous ont causé quelques difficultés supplémentaires, surtout dans le domaine du sponsoring», admet Franz Steinegger.

En effet, les bailleurs de fonds de l'Expo sont désormais aussi sollicités pour entrer dans le capital de la nouvelle compagnie aérienne nationale, sans oublier qu'ils ont eux aussi leurs propres difficultés financières.

Concrètement, il manque toujours 140 millions de francs dans les caisses de l'Expo, qui devraient venir du sponsoring. Les trouver sera tâche ardue, voire impossible.

Mais d'un autre côté, Franz Steinegger sent un intérêt croissant pour l'exposition nationale. La prélocation marche extrêmement bien, avec près de 225 000 billets vendus à ce jour, notamment à de grosses entreprises comme Migros, ABB ou Ernst & Young.

L'objectif est de vendre un million de billets avant l'ouverture de la manifestation, soit un cinquième environ du nombre total espéré.

Mémoire utile

Même l'écrivain Adolf Muschg, d'habitude plutôt connu pour ses prises de position critiques envers la Suisse, place désormais de grands espoirs dans l'Expo.

«Avec cette exposition, nous essayons pour ainsi dire de contribuer à mieux nous comprendre nous-mêmes. Si nous parvenons à nous souvenir comment la nation s'est construite historiquement, à quel point la communauté et la solidarité nous sont toujours utiles et que cela nous amène à nous ouvrir, alors l'Expo aura réellement servi à quelques chose», déclare l'écrivain.

Depuis le 11 septembre, on a souvent entendu que le monde ne serait plus jamais le même. Adolf Muschg ne partage pas cet avis. «Le monde n'a pas changé. C'est la perception que nous en avons qui s'est modifiée. Cette perception est désormais désagréable, et même douloureuse, et nous devons nous en accomoder», constate l'écrivain.

Bien sûr, ce n'est pas une exposition nationale qui va apporter des réponses aux questions que chacun se pose désormais. Mais elle peut proposer des pistes, éveiller les consciences.

«Si nous sommes capables, non pas uniquement de ressasser des problèmes, mais également de nous approcher des solutions, ce sera déjà suffisant». Adolf Muschg en est convaincu.

swissinfo/Carole Gürtler

Articles mentionnés

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?