Navigation

Expo 02: «le retrait de SAirGroup est une erreur politique»

Moritz Leuenberger espère encore que SAirGroup va revenir sur sa décision. Keystone

«En quittant Expo 02, c'est au pays que Swissair fait du mal», estime Nelly Wenger, directrice de l'exposition nationale. L'attitude de la compagnie suisse irrite aussi le président de la Confédération. Moritz Leuenberger qui parle d'«erreur politique».

Ce contenu a été publié le 25 février 2001 - 14:18

«Je ne peux qu'espérer que le dernier mot n'a pas été dit dans cette affaire, a déclaré le président de la Confédération dans le 'Sonntagsblick' et 'Dimanche.ch'. «Je considère que cette décision est une erreur politique et économique.»

«On exige de nous qu'on applique de manière large l'ordonnance sur le bruit dans le cas de Kloten, poursuit Moritz Leuenberger. On nous demande de mettre toute notre énergie pour négocier un nouvel accord avec l'Allemagne. Par contre, SAirGroup ne semble plus avoir d'engagements envers qui que ce soit.»

De son côté, Pascal Couchepin a téléphoné au président de Swissair pour le convaincre de revenir sur sa décision. «Il ne m'a pas laissé un espoir total, c'est le moins qu'on puisse dire», a déclaré le chef de l'économie samedi à la Radio Suisse Romande.

Confirmation de SAirGroup. «La décision de nous retirer d'Epo.02 a été prise au plus haut niveau, répond Erwin Schärer, le porte-parole. Nous l'avons prise avec regret, mais nous ne reviendrons pas sur notre position.» La prochaine séance de direction est prévue mardi.

Dans une interview publiée dimanche par 'Le Matin', Nelly Wenger juge les retraits de SAirGroup et d'Orange «peu glorieux». Pour la directrice de l'exposition nationale, «c'est au pays que Swissair fait du mal en se retirant d'Expo 02».

«Tantôt SAirGroup joue la carte de la compagnie nationale, comme lors des bilatérales, tantôt celle d'une société privée, poursuit la directrice générale. Je crois qu'il doit choisir son camp.»

Mais la réaction très vive de Pascal Couchepin et le prêt de 160 millions des banques sont aux yeux de Nelly Wenger «deux signaux hautement symboliques», qui contrebalancent ces défections.

Sur la question de savoir si l'exposition nationale aura bien lieu, Nelly Wenger s'étonne à ce stade que l'on puisse encore en douter. Pour elle, «l'Expo est plus qu'un projet festif. Elle est le théâtre où la Suisse va affirmer son identité pour le début de ce millénaire».

swissinfo avec les agences

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?