Navigation

Evgueni Adamov reste en prison

La perspective d'une remise en liberté s'éloigne encore pour Evgueni Adamov. Keystone

L'ancien ministre russe de l'énergie atomique, accusé de détournement de fonds, restera en prison en Suisse en attendant la décision sur son extradition.

Ce contenu a été publié le 11 août 2005 - 18:57

Le Tribunal pénal fédéral (TPF) a rejeté jeudi deux nouveaux recours d'Evgueni Adamov et contesté que la procédure ouverte aux Etats-Unis obéisse à des fins politiques.

Pour le TPF, on ne peut exclure que la question de l'extradition d'Adamov soit politiquement «explosive». Mais rien ne permet d'affirmer, à la lecture du dossier, que la procédure pénale ouverte contre lui aux Etats-Unis ait été lancée à des fins politiques.

Le TPF se plie en outre à la jurisprudence du Tribunal fédéral (TF), qui avait dénié le mois dernier à Evgueni Adamov un droit au sauf-conduit. Sur recours de l'Office fédéral de la justice (OFJ), le TF avait annulé le mois dernier un premier verdict du TPF favorable à l'ex-ministre.

Dans une décision parallèle, diffusée également jeudi, le TPF rejette un autre recours d'Evgueni Adamov, qui s'opposait à une décision de détention extraditionnelle prise par l'OFJ à la demande des autorités russes.

Il rappelle que l'ex-ministre ne peut se prévaloir de son droit au sauf-conduit, puisqu'il s'était rendu en Suisse, avant d'y être arrêté, pour des motifs privés et professionnels.

Evgueni Adamov avait été arrêté le 2 mai à Berne. Il s'était présenté à une audience pour fournir des renseignements sur les transactions bancaires de sa fille. Le mandat d'arrêt de l'OFJ avait été émis à la demande des autorités américaines.

Accusé par Washington et par Moscou


La justice américaine reproche à Evgueni Adamov d'avoir détourné entre 1993 et 2003, avec l'aide d'un complice, plus de neuf millions de dollars versés par les Etats-Unis dans le cadre d'un programme destiné à améliorer la sécurité des installations nucléaires russes.

De leur côté, les autorités russes ont également émis un mandat d'arrêt. Le parquet de Moscou l'accuse d'escroqueries commises dans l'exercice de ses fonctions entre 1998 et 2001.

Nommé ministre en 1998 par l'ex-président Boris Eltsine, Evgueni Adamov a été limogé en 2001 par son successeur Vladimir Poutine, après qu'une enquête parlementaire l'a accusé d'avoir touché des pots-de-vin.

swissinfo et les agences

En bref

- L'ex-ministre russe de l'énergie atomique Evgueni Adamov a été arrêté à Berne le 2 mai 2005 à la demande des Etats-Unis.

- Washington l'accuse d'avoir détourné entre 1993 et 2003, avec l'aide d'un complice, plus de neuf millions de dollars versés par les Etats-Unis dans le cadre d'un programme destiné à améliorer la sécurité des installations nucléaires russes.

- Les autorités russes réclament également son extradition. Le parquet de Moscou l'accuse d'escroqueries (notamment d'avoir touché des pots-de-vin) commises dans l'exercice de ses fonctions entre 1998 et 2001.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?