Navigation

Euro 2008: coup d'envoi ... pour la vente des billets

Avant la ruée: les sièges du Stade de Suisse. Keystone

Le championnat d'Europe de football 2008 a commencé ce jeudi 1er mars... par la mise en vente des billets pour les 31 rencontres en Suisse et en Autriche.

Ce contenu a été publié le 01 mars 2007 - 14:49

L'Euro 2008 doit être une fête pour les adeptes du ballon rond. Dans l'équilibre difficile à trouver avec la prévention du hooliganisme, la vente des billets est appelée à jouer un rôle.

Le coup d'envoi de la Coupe d'Europe de football en Suisse et en Autriche n'a lieu que dans 463 jours. Mais pour les supporters, l'Euro 2008 a commencé déjà ce matin, jeudi 1er mars, avec le lancement de la vente officielle des billets.

1'050'000 sésames seront ainsi vendus pour les 31 matches qui auront lieu à Bâle, Berne, Genève et Zurich mais aussi à Vienne, Salzbourg, Innsbruck et Klagenfurt. Sur ce total, plus des trois quarts sont réservés aux supporters, assure Wolfgang Eichler, porte-parole de l'Union européenne de football (UEFA) pour l'Euro 2008.

A partir de 70 francs

Quant au prix, ils se situent à peu près dans les mêmes fourchettes que ceux de la récente Coupe du Monde en Allemagne, soit de 110 à 400 francs pour le match d'ouverture et de 70 à 175 francs pour les matches de groupes, suivant les catégories de places.

Pour assister aux quarts de finale, il faudra débourser de 95 à 290 francs, puis de 130 à 480 francs pour les demi-finales. Et pour la finale, qui aura lieu le 29 juin 2008 à Vienne, les places sont vendues entre 255 et 880 francs.

Pour ces matches-là, il va de soi que le spectateur qui achète son billet maintenant ne sait pas encore quelles équipes il va voir jouer, puisque les places en quart, demi, et finale dépendent évidemment des résultats sur le terrain.

Par Internet, mais pas seulement

Durant la première phase, jusqu'au 31 mars, environ un tiers des billets seront mis en vente. Vente qui se fait via le guichet virtuel sur le site Internet de l'UEFA. Si la demande dépasse l'offre, il sera procédé à un tirage au sort.

Les supporters qui ne disposent pas d'une connexion à Internet peuvent téléphoner au 0900 09 0868, moyennant 50 centines la minute. A ce numéro, ils pourront demander un formulaire de commande de billets, ou obtenir tous les renseignements nécessaires.

Petit sucre pour les villes hôtes

Dans un premier temps, l'UEFA a assuré aux quatre villes retenues pour accueillir les rencontres un quota de 750 entrées par rencontre. Pour prendre part au tirage au sort, il suffit que l'adresse de l'acheteur ait le même code postal que la ville-hôte.

«Ce quota est bien plus qu'un lot de consolation, estime Urs Frieden, qui a été pendant de nombreuses années porte-parole des supporters des Young Boys de Berne et député de l'Alliance verte au législatif de la ville. Si l'on estime par exemple en Ville de Berne à 3000 le nombre de personnes qui tenteront leur chance pour assister à la rencontre de groupe Grèce-Belgique, les chances de décrocher un billet seront de 1 sur 3».

Le député évoque également les nombreuses entrées gratuites, qui seront remises aux proches de ceux que l'on appelle les «équipes confort», soit tous les bénévoles qui accueilleront les hôtes à l'Euro 2008, donneront des renseignements aux visiteurs, etc.

Billet personnalisé

Chacun peut acheter au maximum quatre billets par jour. Ces derniers seront établis au nom de l'acheteur par l'administration du Mondial en Allemagne et ne seront en principe pas transmissibles. Ce procédé doit permettre d'identifier rapidement d'éventuels fauteurs de troubles.

«Il n'est pratiquement pas possible d'effectuer un contrôle systématique à l'entrée des stades; les spectateurs devraient arriver au stade pratiquement sept heures avant le coup d'envoi, observe Urs Frieden. La personnalisation des billets se justifie par son effet dissuasif».

Et en cas d'incident dans le stade, elle permet une action rapide: si l'enregistrement vidéo révèle qu'un pétard a été lancé depuis la place X dans le secteur Y, il sera facile d'identifier rapidement le propriétaire du billet.

Et même si l'UEFA institue une bourse d'échanges pour court-circuiter le marché noir, comme la FIFA l'a fait lors de la dernière Coupe du monde, cela ne changera rien. «Si 20% des billets sont revendus, les autres 80% restent dans les mains du premier acheteur. Et s'il y a eu revente, on peut facilement retrouver le premier propriétaire», conclut Urs Frieden.

swissinfo, Renat Künzi
(Traduction de l'allemand Bertrand Baumann)

Faits

L'Euro 2008, ce sera 31 rencontres, 15 en Suisse et 16 en Autriche (avec la finale à Vienne).
Au total, 1'050'000 billets seront émis.
Près de 75% du total des billets sont réservés aux supporters, 20% le seront pour les associations des équipes sélectionnées.
Quinze billets par match sont réservés aux médias, partenaires officiels et VIP.
Outre les 750 premiers billets réservés par match et par ville-hôte, des billets (gratuits) sont également remis aux bénévoles.

End of insertion

DES FLOTS DE SUPPORTERS

En Europe, on estime entre 1 et 3,2 millions le nombre de visiteurs qui viendront pour l'Euro 08. Sur ce chiffre, seul un petit nombre devrait réussir à décrocher un billet

Selon la charte de l'Euro, les villes-hôtes doivent également offrir des retransmissions sur écran géant sur la place publique.

Les organisateurs attendent de cette manifestation, troisième plus grand événement sportif au monde, un gain en termes d'image pour la Suisse comme destination touristique.

End of insertion

HOOLIGANS

Depuis le 1er janvier, la Suisse dispose d'une loi contre les hooligans.

Elle a été élaborée dans la perspective de l'Euro 2008 mais aussi en raison de divers incidents qui ont émaillé le championnat suisse de football.

Un registre où figurent les noms des hooligans qui ont commis des actes violents est au coeur du dispositif prévu par la nouvelle loi.

La loi prévoit pour les hooligans violents des interdictions de stade ou de périmètre, une obligation de se signaler pendant les rencontres, voire la détention préventive.

Pour l'Euro 2008, Zurich, Berne, Bâle et Genève prévoient 1200 places de détention.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?