Navigation

En septembre à Genève, EMA 2000 visera «l’économie réelle»

Le 2e Salon International des Marchés Émergents est à l’agenda des événements genevois du mois de septembre prochain. Comparé au précédent, il se donne un objectif supplémentaire, celui de faire figure de «rendez-vous mondial de l’économie réelle».

Ce contenu a été publié le 18 avril 2000 - 16:50

Le 2e Salon International des Marchés Émergents est à l’agenda des événements genevois du mois de septembre prochain. Comparé au précédent, il se donne un objectif supplémentaire, celui de faire figure de «rendez-vous mondial de l’économie réelle».

En mai de l’an passé, ce salon encore inédit avait rassemblé à Genève une bonne soixantaine d’exposants venus de 42 pays. Comme toute nouveauté, il avait à la fois retenu la curiosité du monde économique, suscité des enthousiasmes, mais aussi connu quelques réserves.

On a vu par exemple l’Algérie profiter de l’occasion pour prendre d’utiles contacts qui se traduiront ces prochaines semaines par la visite à Alger d’une importante délégation économique suisse. A l’inverse, certains exposants avaient préféré rester discrets sur leurs transactions. «Ils avaient peur que le Salon ne leur réclame quelque pourcentage en guise de commission», explique Guy Mettan, président du Conseil de la Fondation EMA, qui tout aussitôt exclut ce genre de pratiques, pour des raisons éthiques autant qu’économiques.

EMA - «Emerging Markets» - restera fidèle à sa philosophie de base: si l’on veut que le développement profite de la libéralisation du marché, il faut aussi promouvoir dans les pays dits émergents une nouvelle génération d’entrepreneurs nationaux qui bénéficient d’un accès direct aux investissements, aux technologies et au savoir-faire des nations industrialisées.

Le Salon international des marchés émergents continuera donc de se profiler comme un lieu de rencontre d’acteurs économiques qui se découvrent des intérêts communs par-delà les divergences idéologiques. Ceux qui en ont déjà tiré profit venaient entre autres de pays comme Cuba, Haïti ou le Congo.

La Fondation EMA fait cette année un pas de plus dans sa réflexion et sa démarche. Sa première expérience l’amène à préciser ses principes. Dans le libellé du Salon, elle ajoute les deux mots «économie réelle», une manière pour elle de dire son intérêt prioritaire pour l’entreprise et l’économie de terrain, plutôt que pour l’économie de spéculation et les phénomènes de mode qui ces jours-ci font la une de l’actualité des marchés financiers.

Du 19 au 22 septembre prochain, cette manière de voir trouvera déjà quelques ouvertures concrètes. C’est ainsi que le Secrétariat d’État à l’économie et l’organisation qu’il a créée pour faciliter les investissements dans les pays en développement et les pays en transition (SOFI) organiseront au sein du Salon une Conférence sur la reconstruction dans l’Europe du Sud-Est. Des investisseurs serbes pourront y exposer leurs projets tout comme les étudiants albanais de Suisse qui préparent leur retour au pays.

Par ailleurs, ce salon compte bien mettre en évidence les initiatives prises par les femmes d’affaires des quatre coins de la planète. De très nombreuses associations de «businesswomen» ont déjà été contactées. Une centaine de cheffes d’entreprise d’Afrique et autant d’Asie ont d’ores et déjà annoncé leur participation. Pour Eva Kiraly, la coordinatrice de ce projet, il ne fait aucun doute que «les femmes d’affaires attirent les hommes d’affaires». Les réseaux que ces femmes sont en train de mettre en place font aussi partie de la définition de la nouvelle économie. Encore faut-il le faire savoir.

Bernard Weissbrodt



Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?