Navigation

Un pétrolier français choisit Genève

Après pompage, le pétrole se retrouve souvent sur le marché genevois du négoce. Keystone

Inconnu du grand public, le pétrolier Maurel et Prom pompe 40.000 barils d’or noir par jour. Comme d’autres, il prend ses quartiers dans la cité romande.

Ce contenu a été publié le 15 mars 2005 - 11:42

Avec ses sociétés de trading, ses banquiers, ses cabinets d’avocats, ses compagnies d’assurances, Genève joue un rôle majeur dans le négoce pétrolier.

En début de ce mois, la société Maurel et Prom lançait à Paris une émission de l’Océane. Comprenez une «obligation à option de conversion et/ou d’échange en actions nouvelles et existantes».

Cette opération vise à récolter 327 millions d’euros, quasiment un demi-milliard de francs. Un pactole pour financer son incroyable croissance.

Créée au XIXe siècle, autrefois spécialisée dans l’affrètement des navires et le commerce avec les colonies françaises, Maurel et Prom a longtemps été une société assoupie, oubliée de la Bourse de Paris. Le financier Jean-François Hénin, cité dans l’affaire du Crédit Lyonnais, l’a réveillé en se lançant dans l’exploitation pétrolière.

L’histoire ressemble à un polar de série B. Des aventuriers s’intéressent à des petits permis délaissés par les géants du pétrole, comme Shell et Total, et accordés par des pays africains. Et là, banco, l’or noir jaillit de puits installés au Congo, près de la frontière avec le Gabon.

L’année dernière, Maurel et Prom fait le bonheur de boursicoteurs astucieux. En 2004, son action a vu son cours grimper de 287%. En novembre, les 19 puits en activité à M’Boundi produisent quatre fois plus qu’en janvier. Et les réserves sont estimées à près de 500 millions de barils.

Des spécialistes du négoce

Seulement voilà, ce succès est fragile. La richesse de Maurel et Prom repose à 90% sur le Congo. Il faut donc diversifier les forages. La «junior» française (par comparaison aux «seniors» désignant les pétroliers géants) s’installe donc à Genève pour étudier, rechercher et examiner «toutes les affaires financières, industrielles, commerciales dans le domaine pétrolier et gazier».

Genève, et dans une moindre mesure les cantons de Vaud et de Zoug, comptent plus de 300 sociétés spécialisées dans le négoce. Ce sont parfois de petites structures, de quatre ou cinq salariés, mais extraordinairement efficaces. Ces champions du trading gèrent 40 à 45 milliards de francs par an.

Le négoce des matières premières nécessite un savoir-faire très particulier. Il faut d’abord des banquiers, comme BNP Paribas, UBS, Credit Suisse ou le Crédit Agricole. Ces établissements financiers se sont fait une spécialité du financement en amont ou en aval. Elles savent offrir des lignes de couverture du taux de change, car le pétrole s’achète dans une monnaie et se vend dans une autre.

235 millions de francs de bénéfice

Le négoce réclame également des spécialistes du fret, de l’inspection, des assurances, de l’audit. Sans oublier des cabinets d’avocats et des fiduciaires. Tout un monde incroyablement discret. Les banquiers privés parlent parfois. Les financiers du négoce, jamais.

Maurel et Prom annonce pour cette année un bénéfice de 150 millions d’euros (235 millions de francs), en hausse de 140% par rapport à 2004, simplement grâce à la montée en puissance de ses champs pétroliers du Congo, du Gabon et de Cuba. Grâce aussi au prix élevé de l’or noir.

«Nos projets d’acquisition devraient nous procurer 50 millions d’euros de bénéfices supplémentaires. Ce qui fera de Maurel et Prom l’une des toutes premières sociétés indépendantes cotées en termes de réserves, de production et de résultat», assure Frédéric Boulet, le nouveau président de Maurel et Prom Suisse.

swissinfo, Ian Hamel

Faits

En moins de 20 ans, Genève a pris une importance centrale dans le négoce du pétrole et son financement.
Pas loin du quart de la production quotidienne mondiale y est traitée chaque jour.
L’arrivée des entreprises pétrolières russes ont donné à Genève une masse critique lui permettant d’attirer d’autres firmes.

End of insertion

En bref

- Maurel et Prom (Suisse) a été inscrit le 3 janvier 2005 au Registre du commerce de Genève.

- L’entreprise définit ainsi ses 'buts’: «Etude, recherche et examen de toutes affaires financières, industrielles, commerciales, dans le domaine pétrolier et/ou gazier et/ou des produits connexes (et notamment location, acquisition, cession, vente de tous droits miniers tels que puits, terrains, etc.)»

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?