Navigation

Serono plaide coupable aux Etats-Unis

Ernesto Bertarelli, grand patron de Serono, est aussi le propriétaire du voilier Alinghi. Keystone

La Justice américaine a condamné la firme de biotechnologies Serono à payer 704 millions de dollars d'amendes pour des ristournes à des médecins.

Ce contenu a été publié le 16 décembre 2005 - 09:28

Le groupe Serono, dont le siège est à Genève, a plaidé coupable. Il a avoué, en l'occurrence, avoir fraudé pour augmenter ses ventes de Serostim, un médicament contre le sida.

L'annonce a été faite jeudi par le département américain de la Justice. Actif dans les biotechnologies et l'industrie pharmaceutique, le groupe genevois Serono a plaidé coupable devant un tribunal de Boston.

En octobre dernier, Serono était parvenu à un accord avec la justice sur le montant des amendes à payer, soit 704 millions de dollars (908 millions de francs).

Ces 704 millions de dollars se décomposent en 137 millions de dollars au titre criminel et 567 millions de dollars en dommages civils.

Le jugement prévoit aussi, conformément à l'accord passé avec Serono et ses filiales américaines, l'exclusion du groupe suisse de tous les programmes de santé fédéraux américains pour une période de cinq ans.

Selon le procureur général Alberto Gonzales, cet accord est le troisième en importance dans les cas de fraudes de médicaments aux Etats-Unis. Il vise à récupérer les sommes payées par les services de santé publiques américains de 1996 à 2004.

Un médicament coûteux

La Serostim, est une hormone de croissance humaine recombinante, la première à avoir bénéficié d'une homologation de la Federal Drug Administration (FDA) aux Etats-Unis en 1996. Elle est prescrite pour traiter la perte de poids, souvent fatale, des patients atteints du sida.

Très coûteux et généralement administré sur douze semaines, ce traitement revient à 27'000 francs et aurait rapporté, selon le procureur général, plus de 116 millions de francs à Serono.

Selon des responsables américains, Serono avait comploté avec le fabriquant d'un appareil médical non homologué, pour obtenir des résultats plus favorables.

Le groupe était aussi accusé d'avoir offert à des médecins de participer tous frais payés à un congrès médical à Cannes (France) à condition de prescrire au moins 30 ordonnances de Serostim chacun.

Vers une vente de Serono?

Cette condamnation constitue le dernier acte d'une série d'affaires provoquées par des plaintes de «whistleblower» (employés dénonçant des irrégularités dans leur entreprise)..

En avril, le patron du groupe, Ernesto Bertarelli, propriétaire d'Alinghi, vainqueur de la coupe de l'America, avait annoncé la constitution d'une provision de 725 millions de dollars en relation avec cette affaire.

Le mois derniers, Serono a annoncé avoir mandaté la banque d'affaire américaine Goldman Sachs afin d'«explorer diverses alternatives stratégiques». Certaines sources indiquent que Goldman mettrait le groupe sur le marché pour15 milliards au début de l'année prochaine.

swisinfo et les agences

Faits

Serono, Inc., à Rockland (Massachusetts, Etats-Unis), est la filiale aux Etats-Unis de Serono, dont le siège est à Genève.
Serono est active notamment en biotechnologie, médecine de la reproduction et neurologie.
En 2004, le bénéfice net du groupe a augmenté de 27% à 494 millions de dollars et son chiffre d'affaires de 22% à 2,5 milliards, ce qui en fait le numéro 3 mondial de la biotechnologie.
Le groupe Serono emploie 4900 employés dans le monde.

End of insertion

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?