Navigation

Corruption: la Suisse bien notée, mais peut mieux faire

La Suisse reste en tête du classement des pays les moins corrompus, mais elle doit s'améliorer dans plusieurs domaines, estime Transparency International. Keystone

La Suisse fait partie des six pays les moins corrompus au monde, d’après l’Indice de perception de la corruption 2018 publié par Transparency International. Mais elle présente de «graves lacunes» dans certains domaines, relève l’organisation.

Ce contenu a été publié le 29 janvier 2019 - 14:56

Le secteur public suisse reste passablement épargné par la corruption. Le pays pointe toujours au 3e rang de l’Indice de perception de la corruption 2018Lien externe, publié par Transparency International. Le Danemark est en tête, suivi de la Nouvelle-Zélande. Quatre États se partagent la 3e place: la Suisse, la Suède, la Finlande et Singapour. La Somalie, la Syrie, le Sud Soudan et le Yémen ferment la marche.

Contenu externe


Ce classement indique le niveau de corruption du secteur public dans 180 pays, en se basant sur des évaluations d’experts issus essentiellement des milieux scientifiques et économiques. Il ne tient pas compte de la perception de la population, ni de la corruption présente dans le secteur privé ou dans d’autres domaines. Et c’est justement là que la Suisse présente de «graves lacunes», relève le directeur de Transparency International Suisse, Martin Hilti, dans le communiqué de presseLien externe accompagnant le classement 2018. Il pointe notamment du doigt des carences dans la lutte contre le blanchiment d’argent et la protection des lanceurs d’alerte.

Transparency International regrette que même les pays les mieux classés soient loin de posséder un secteur public exempt de corruption. «Sur certains aspects, la Suisse se situe en effet à plus de 20% des notes maximales», indique l’organisation, qui précise que le classement 2018 ne tient pas compte de l’actualité des douze derniers mois et ne mentionne donc pas encore les voyages controversés de certains magistrats ou la levée d’immunité de responsables politiques pour soupçons de corruption.

Cet article a été importé automatiquement de notre ancien site vers le nouveau. Si vous remarquez un problème de visualisation, nous vous prions de nous en excuser et vous engageons à nous le signaler à cette adresse: community-feedback@swissinfo.ch

En conformité avec les normes du JTI

En conformité avec les normes du JTI

Plus: SWI swissinfo.ch certifiée par la Journalism Trust Initiative

Joignez-vous à la discussion

Partager cet article

Changer le mot de passe

Souhaitez-vous vraiment supprimer votre profil?